L'entrepreneur Tony Magi a été abattu de plusieurs balles ce matin, dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce à Montréal.

Mis à jour le 24 janv. 2019
Daniel Renaud LA PRESSE

Vers 11h15, les policiers ont été appelés à se rendre sur le chantier d'un projet domiciliaire sur la rue Beaconsfield près de la rue Saint-Jacques, pour un homme qui gisait devant l'entrée d'un immeuble en construction.

Si au départ, certains auraient cru à un accident de travail, les premiers patrouilleurs arrivés sur les lieux ont immédiatement constaté que la victime avait été atteinte de plusieurs balles dans le haut du corps, dont certains à la tête.

L'homme a été conduit à l'hôpital. Officiellement, les autorités affirment qu'il repose dans un état critique mais selon nos sources, le décès de l'homme d'affaires aurait été constaté à l'hôpital.



Un homme marqué

Tony Magi est connu pour ses liens avec la mafia. 

En 2008, il a été victime d'une spectaculaire tentative de meurtre alors qu'il était au volant de son véhicule, attentat qui lui a laissé des séquelles. 

Le 28 décembre 2009, Nicolo Rizzuto jr, le fils aîné du défunt parrain de la mafia montréalaise, Vito Rizzuto, a été assassiné à deux pas des bureaux de Tony Magi, FTM Construction. Le nom de Magi et celui du chef de gang qu'il avait embauché pour sa protection, Ducarme Joseph, sont depuis régulièrement revenus dans l'enquête policière sur la mort de Nicolo Rizzuto. 

Depuis le meurtre du fils aîné du parrain, Tony Magi a été victime d'au moins deux attentats ratés alors qu'un homme avait ouvert le feu en direction de la voiture conduite par la femme de l'entrepreneur durant l'hiver 2011 et qu'un individu avait été aperçu, avec une arme longue, sur le terrain privé de l'homme d'affaires en 2013. 

«Ce n'était qu'une question de temps», a réagi une source du milieu judiciaire. 

Tony Magi était un homme marqué depuis longtemps. 

En 2005, il avait été enlevé et il avait réussi à fuir ses ravisseurs, les mains encore attachées dans le dos. 

Pacte avec le diable

Selon des sources policières, les problèmes de Tony Magi et ses liens avec la mafia ont commencé lorsque l'homme d'affaires a eu des troubles financiers liés à la construction de l'édifice à condos de luxe du 1000 de la Commune, dans un ancien entrepôt frigorifique dans le Vieux-Montréal. 

Des investisseurs qui ont craint de perdre leur argent ont demandé au défunt parrain Vito Rizzuto de s'impliquer dans ce dossier. C'est à ce moment que Vito Rizzuto a placé son fils Nicolo auprès de Tony Magi, et que les deux hommes ont travaillé ensemble dans les locaux de FTM Construction, selon ce que le parrain a raconté lui-même à des enquêteurs du SPVM qui l'ont visité au pénitencier de Florence au Colorado - où il purgeait une peine pour un triple meurtre commis à New York en 1981 - et aux enquêteurs de la commission Charbonneau. 

Depuis le meurtre de Nicolo Rizzuto fils, Tony Magi se déplaçait flanqué de gardes du corps, dans un VUS blindé. En septembre 2010, les policiers avaient d'ailleurs arrêté et accusé l'homme d'affaires de possession d'arme. 

À la fin des années 2000, Magi avait embauché le chef de gang Ducarme Joseph pour sa protection. Selon nos informations, les enquêteurs ont découvert des indices qui laissent croire que Ducarme Joseph et certains de ses hommes étaient présents sur les scènes des meurtres de Nicolo Rizzuto jr et de Federico Del Peschio, copropriétaire du restaurant La Cantina et ami très proche des Rizzuto tué durant l'été 2009. 

Les enquêteurs des Crimes majeurs du SPVM qui enquêteront sur le meurtre de Tony Magi examineront sûrement l'hypothèse que l'hommes d'affaires puisse avoir été victime de la vengeance posthume de Vito Rizzuto, assouvie par les membres de son clan, comme ce fut probablement le cas pour Ducarme Joseph tué en 2014. 

Pour joindre Daniel Renaud, composez-le (514) 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l'adresse postale de La Presse.

Photo André Pichette, archives La Presse

Tony Magi en 2010