La GRC mène ce mercredi des perquisitions à plusieurs endroits, notamment aux bureaux de l'Association étudiante du collège Lionel-Groulx, à Sainte-Thérèse, en lien avec une enquête sur un attentat commis en 2010 à Trois-Rivières contre un centre de recrutement des Forces armées canadiennes.

David Santerre LA PRESSE

Dans un communiqué, la Gendarmerie royale du Canada dit que l'Équipe intégrée de la sécurité nationale (EISN) a aussi mené des perquisitions dans des appartements privés, lundi à Saguenay et dans l'arrondissement de Saint-Hubert, à Longueuil, ainsi qu'aujourd'hui à Montréal.

La GRC précise que cette opération a lieu dans le cadre de l'enquête sur un attentat à la bombe commis en 2010 contre un centre de recrutement militaire à Trois-Rivières, revendiqué par le groupe Initiative de résistance internationaliste.

Dans le passé, ce groupe avait également revendiqué des attentats contre un pylône d'Hydro-Québec en Estrie, en 2004, et contre la voiture de Carol Montreuil, porte-parole de l'Institut canadien du pétrole, en 2006.

La GRC dit avoir arrêté mardi un homme des Laurentides en lien avec cette affaire. Il n'est pour l'instant accusé de rien, mais cela pourrait changer.

Après s'être refusée à toute autre précision, la police fédérale a indiqué que cet homme n'est pas le même que celui qui a été interpellé le même jour dans un autobus de manifestants sherbrookois qui se rendaient à la marche contre le Sommet sur l'éducation supérieure à Montréal.

Cinq autobus partis du Cégep de Sherbrooke s'étaient arrêtés pour une pause à L'Ange-Gardien, en Montérégie. C'est alors que six agents de la GRC sont arrivés pour appréhender un étudiant de 19 ans qu'ils ont emmené avec eux avant de laisser repartir les autobus vers Montréal.

La Presse a appris que cet élève, lui aussi résidant des Laurentides, est de plus un ancien élève et militant du collège Lionel-Groulx. Il étudie au cégep de Sherbrooke depuis un mois seulement.

«La personne arrêtée à L'Ange-Gardien a aussi été arrêtée par l'Équipe intégrée de la sécurité nationale, mais c'était pour un bris de condition, une arrestation préventive parce que nous avions des motifs raisonnables de croire qu'il pouvait commettre un geste illégal à la manifestation de Montréal. C'est de la collaboration entre corps policiers», a expliqué le caporal Luc Thibault, porte-parole de la GRC.

La Presse a longuement discuté avec l'étudiant en question mercredi matin. Il a du mal à avaler l'explication selon laquelle la GRC, qui n'est jamais intervenue sur le terrain depuis le début du mouvement de contestation étudiant, aurait mobilisé des policiers pour l'arrêter en bordure de l'autoroute 10 simplement pour l'empêcher de manifester.

Hier matin, avant de partir pour Montréal, il a participé à une manifestation à Sherbrooke qui visait à forcer la direction du cégep à lever les cours pour la journée.

«Dans l'autobus, j'étais en train de parler de profilage politique avec une fille. Quand j'en suis sorti, trois voitures de la GRC sont arrivées, avec six agents, et on m'a arrêté pour bris de condition», raconte l'étudiant.

Il faut dire que, lors des manifestations étudiantes de la dernière année, le jeune homme a été arrêté pour méfait et voies de fait avec utilisation d'une arme ou d'une arme simulée. Pour recouvrer sa liberté, il a dû s'engager, notamment, à ne pas participer à une manifestation illégale, à ne pas porter de cagoule et à ne pas simuler d'arme.

Après son arrestation de mardi, il a été emmené au quartier général de la GRC, à Westmount. Il y a été gardé jusqu'à la fin des manifestations de Montréal avant d'être relâché, si bien qu'il a manqué l'autobus ramenant le groupe à Sherbrooke.

«Les policiers ont dit qu'ils étaient venus m'arrêter à la demande d'enquêteurs, mais ils ne m'ont jamais dit dans le cadre de quelle enquête, a dit le jeune homme. Ils ne m'ont pas fait signer de promesse de comparaître, mais ils m'ont dit qu'ils me recontacteraient, que je pourrais être accusé plus tard.»

En apprenant ce matin que la GRC avait perquisitionné dans les locaux de l'association étudiante de son ancien collège, il a tout de suite fait le lien avec son arrestation.

Notamment parce qu'il a milité dans ce cégep, où il a fréquenté des membres du Parti communiste révolutionnaire. Il s'agit d'une organisation qui s'affiche dans les manifestations étudiantes et altermondialistes, mais à ne pas confondre avec ce qu'on qualifie de «Black Block». Sa couleur est plutôt le rouge. Ses membres sont parfois impliqués dans les débordements lors de ces manifestations.

L'étudiant indique que cette organisation est dans la ligne de mire de la GRC et des services de renseignement. Il croit que c'est probablement comme cela qu'il s'est retrouvé dans le radar des enquêteurs.

En revanche, il réfute toute proximité avec l'Initiative de résistance internationaliste visée par la GRC.

«À Lionel-Groulx, il y a beaucoup de militants - de Québec solidaire, du Parti communiste révolutionnaire, des anarchistes - mais aucun de l'Initiative de résistance internationaliste», jure-t-il.

Il dit ne rien savoir des attentats revendiqués par ce dernier groupe, dont deux ont été commis alors qu'il n'avait que 11 et 13 ans.

N'empêche, il ne peut s'empêcher de faire un lien entre son arrestation à L'Ange-Gardien et l'opération de ce matin dans son ancien cégep, même si la GRC refuse de confirmer ou d'infirmer la chose.

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

La GRC a mené des perquisitions dans les locaux de l'association étudiante du Collège Lionel-Groulx à Sainte-Thérèse. Elles ont permis la saisie de preuve documentaire qui sera analysée par les policiers.