Donald Duguay, le seul plaignant retenu par le Directeur des poursuites criminelles et pénales dans l'affaire Éric Salvail, sort de l'ombre.

Mis à jour le 19 mars 2019
KATIA GAGNON LA PRESSE

Le 29 octobre 1993, Donald Duguay, alors un jeune messager de 20 ans employé du service du courrier de Radio-Canada, dit avoir vécu l'événement le plus traumatisant de sa vie aux mains d'Éric Salvail. Un épisode qui aura été, affirme-t-il, « la culmination de mois de harcèlement » de la part de celui qui deviendra, des années plus tard, une vedette du petit écran.

Le seul plaignant retenu par le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) dans le cas Éric Salvail a décidé de laisser tomber le masque en demandant au tribunal de l'autoriser à dévoiler son identité dans des entrevues. Lors de l'entretien, il s'est cependant abstenu de divulguer le détail des gestes qu'aurait commis l'ex-producteur et animateur Éric Salvail à son endroit, afin de ne pas nuire au bon déroulement du procès.

L'épisode, qui serait survenu dans une salle de bains de Radio-Canada en 1993, a été « la culmination de mois de harcèlement de la part d'Éric Salvail », a-t-il affirmé dans cet entretien de plus d'une heure. Les chefs d'agression sexuelle et de séquestration, auxquels M. Salvail fait face, proviennent de ce qui se serait passé ce 29 octobre.

Il réserve le récit précis de cette journée fatidique pour son procès, se bornant à dire qu'il a évité le pire. « Je m'en suis sorti in extremis. »

En sortant de la salle de bains, il dit avoir raconté ce qui venait de se passer à quelques collègues. Le lundi suivant, il s'est mis en route pour le poste de police, afin de porter plainte. Mais il affirme avoir rebroussé chemin, craignant les impacts sur son emploi, de nature précaire, et aussi, en se révélant comme homosexuel, une certaine stigmatisation.

« Si j'avais eu la force, peut-être qu'il y aurait eu moins de victimes sur son chemin. Mais je dois me défaire de cette culpabilité. »

Nous avons contacté Éric Salvail et son avocat, Me Michel Massicotte, afin de recueillir leurs réactions à ces propos. Ils n'ont pas donné suite à nos demandes d'entrevue. Précisons que M. Duguay désire également poursuivre Éric Salvail au civil. Il a lancé, en janvier dernier, une campagne de sociofinancement afin de recueillir des fonds pour mener cette cause.

« Il voulait une relation sexuelle »

Donald Duguay avait rencontré Éric Salvail environ un an avant les événements qui se seraient déroulés en octobre 1993. Ils étaient tous les deux collègues au service de la messagerie de Radio-Canada, il le croisait donc quotidiennement. M. Duguay allègue qu'Éric Salvail lui a fait des propositions de nature sexuelle à une fréquence quasi hebdomadaire. « Il voulait une relation sexuelle et il l'exprimait crûment et directement. »

Chaque fois, « verbalement et physiquement », M. Duguay dit avoir décliné clairement les invitations d'Éric Salvail. « C'était comme une approche plus conventionnelle de cruising qui, au fil du temps, devient plus de l'ordre du harcèlement. Et ensuite, les gestes s'ajoutent, ça devient très vulgaire. » Quels gestes ? Il donnera la réponse au procès. Il affirme néanmoins qu'Éric Salvail a exhibé devant lui ses parties génitales à au moins une occasion.

« On pense toujours qu'on a réussi à tracer une ligne, que la personne n'ira pas plus loin. Et elle franchit la ligne. C'est ça qui fait qu'on entre dans une forme de sidération. Ça dépasse tellement la ligne de vie en collectivité qu'on se dit : mais qu'est-ce qu'on fait rendu là ? »

Dès le lendemain de l'agression alléguée, il a eu sa première crise de panique. Plusieurs autres suivront. Donald Duguay affirme que les gestes qu'il reproche à Salvail lui ont littéralement pourri la vie pendant 25 ans. Il raconte que cela a eu des impacts dévastateurs sur sa vie sociale, amoureuse et même professionnelle.

Pendant des années, il a consulté des psychiatres et des psychologues. Il a fait des dépressions, des tentatives de suicide. Une véritable « descente aux enfers », résume-t-il.

« C'est comme se noyer en soi-même. J'ai été longtemps dans l'autosabotage. J'avais peur de la réussite. Être aimé par quelqu'un d'autre, je n'étais plus capable. C'est vraiment une destruction de l'intérieur, une implosion. »

Mais c'est l'article de La Presse, paru le 18 octobre 2017, qui l'aurait plongé au coeur d'un stress post-traumatique. Ce jour-là, nous avions publié les témoignages de 11 victimes dénonçant les inconduites sexuelles de l'animateur, qui se seraient produites sur une période de près de 15 ans. « Le soir, en revenant du boulot, j'ai lu votre article. Et c'est là que tout est revenu. Le barrage a lâché. Pendant cinq jours, j'ai pensé perdre la boule. »

Les médecins qu'il consultait lui ont dit que les révélations avaient provoqué chez lui un syndrome de stress post-traumatique. « C'est là que j'ai pris conscience que j'avais été une victime. Avant, j'avais juste échappé à quelque chose », raconte-t-il. L'année qui a suivi la parution de notre article a été très difficile pour lui. Incapable de travailler, il a perdu son boulot. Il a été hospitalisé en psychiatrie pendant quelques jours.

« Mais si ça n'avait pas été de votre article, je ne serais plus en vie », nous a-t-il confié à la fin de l'entretien, dans un échange émotif. Deux mois avant la parution de notre reportage, il avait en effet confié à son psychiatre qu'il ne se voyait pas passer son 45e anniversaire. « Je ne voyais plus la nécessité de continuer. »

Porter plainte, « un devoir »

À la fin du mois d'octobre 2017, il a décidé de porter plainte à la police contre Éric Salvail. Pourquoi ? « Je me sentais le devoir de porter plainte. On entendait beaucoup : c'est le pouvoir, c'est l'argent qui lui a monté à la tête. Alors que moi, je savais très bien que ça remontait à 1993, qu'on travaillait au courrier, que ce n'était pas une histoire de pouvoir. »

« Ça m'a travaillé longtemps. Est-ce que 25 ans plus tard, la prison est ce qu'il lui faut ? Est-ce que je devrais continuer de fermer ma gueule comme certains me le disent ? Mais il y avait trop de victimes pour que je me la ferme. »

Le processus policier et judiciaire s'est bien déroulé, témoigne-t-il. Cependant, il a fallu beaucoup de temps pour en venir à des accusations. Et, surprise, le DPCP a annoncé en janvier que sa plainte contre l'ex-animateur et producteur était la seule retenue par la poursuite. Il a mal réagi, admet-il. « Tout repose sur ma cause. Évidemment, on est toujours libre de poursuivre ou non le processus, mais si je ne le fais pas, il se retrouve blanc comme neige. On se retrouve avec une énorme responsabilité. »

Qu'attend-il de ces procédures judiciaires ? « Je le fais pour qu'il y ait une forme de marque qui le suive, autant ici qu'à l'étranger. Qu'il y ait une alerte pour éviter d'autres victimes potentielles. Qu'il y ait une justice pour toutes ces victimes qui sont toujours dans la honte et la peur. »

Pourquoi faire cette sortie publique ? « Je suis tanné de vivre dans l'ombre. Je veux sortir de ma position de survivant. Je n'ai pas à me cacher, alors je veux faire cela à visière levée. Ça va me permettre de marcher la tête haute, de me mettre à courir alors que je n'arrivais plus à marcher. »

Et que dirait-il à Éric Salvail s'il s'assoyait en face de lui ? « Je lui dirais de plaider coupable parce que je vais aller jusqu'au bout dans ce procès, même si je termine sur les genoux. »

De victime à militant

Janvier 2019. Quatre députées issues de tous les partis à l'Assemblée nationale ont donné une entrevue à l'émission Tout le monde en parle sur la question du traitement judiciaire des victimes d'agression sexuelle. Le discours des quatre députées, centré sur les femmes victimes d'agression sexuelle, a provoqué la colère de Donald Duguay.

« Dans leur discours, elles semblaient faire fi de beaucoup de victimes. On oublie les hommes, les gais, les lesbiennes, les transgenres. Elles ont dépeint les victimes avec un seul visage. »

Il a décidé de répliquer et a ouvert une page Facebook, intitulée « 7 millions de mousquetaires », afin de sensibiliser la population aux victimes d'agression sexuelle dans toute leur diversité. « Oui, on fait oeuvre de conscientisation, mais c'est surtout une agora pour les victimes. On veut que les gens se parlent, qu'on arrête la hiérarchisation des victimes. »

Selon lui, « on ignore l'étendue du fléau » des agressions sexuelles commises à l'endroit des hommes. Il a donc créé une page Facebook, un compte Twitter et un site web. La cause portée par les 7 millions de mousquetaires est devenue sa raison de vivre. « Je veux devenir un agent de changement. Si j'aide une seule victime à sortir de l'ombre, j'aurai réussi. »