Source ID:7cd65eb07f763efab56823e2b0a2e10b; App Source:StoryBuilder

Gilbert Rozon poursuit Juste pour rire

En plus de devoir se défendre des accusations de viol récemment déposées contre lui, Gilbert Rozon s'engage dans une autre bataille judiciaire, cette fois contre les nouveaux propriétaires de Juste pour rire qui lui réclament 3,3 millions pour des pertes qu'ils auraient subies à cause de ses démêlés judiciaires.

Le fondateur de Juste pour rire intente une poursuite contre son ancienne entreprise afin d'éviter de payer les montants qui lui sont réclamés pour des pertes de commandites, de subventions et de revenus.

En mars 2018, l'agence de talents californienne ICM Partners et le comédien canadien Howie Mandel ont fait l'acquisition de Juste pour rire, avant de vendre une participation de 51% dans l'entreprise à evenko et Bell Média en juin.

En septembre dernier, les nouveaux propriétaires ont fait parvenir une réclamation de 4,2 millions à Gilbert Rozon, pour des pertes de revenus liées à la fin de commandites et subventions gouvernementales (923 000 $), à la perte de la commandite des Producteurs de Lait du Québec (600 000 $) et au départ de l'humoriste Rachid Badouri (2,7 millions), qui a mis fin à son association avec le groupe à la suite de l'«Affaire Rozon».

Gilbert Rozon estime que ces réclamations sont «sans fondements», indique la poursuite, rendue publique ce matin au palais de justice de Montréal.

«La réclamation de [Juste pour rire] à cet égard est fondée sur le fait que cette terminaison serait directement liée aux allégations d'inconduite concernant [Gilbert Rozon]», peut-on lire dans le document. Or, «aucune preuve n'a été présentée quant à "l'Affaire Gilbert Rozon"».

L'ancien président estime par ailleurs que les sommes réclamées sont exagérées, soulignant que, dans le cas des Producteurs de lait, «les dépenses liées à la commandite annuelle étaient plus élevées que le montant de la commandite elle-même».

Quant au contrat avec Rachid Badouri, Gilbert Rozon allègue que Juste pour rire aurait pu le forcer par injonction à respecter son contrat le liant à la compagnie.

Plusieurs femmes ont dénoncé dans les médias, à l'automne 2017, les agressions et le harcèlement qu'elles auraient subis, à différentes époques, de la part de l'ancien président de Juste pour rire. Gilbert Rozon a décidé de mettre son entreprise en vente à la suite de ces dénonciations et de la réprobation publique qu'elles ont suscitée.

Un groupe de femmes a décidé d'intenter un recours collectif contre l'ex-magnat de l'humour, pour l'obliger à verser une indemnisation monétaire à ses présumées victimes.

En décembre, une seule accusation, pour un viol qui serait survenu en 1979, a été déposée contre Gilbert Rozon. Il s'est d'ailleurs rendu au poste de police mardi pour faire prendre sa photo et ses empreintes digitales, avant de devoir se présenter en cour pour subir son procès.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer