Les enquêteurs des Crimes généraux de la région Ouest du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ont mis la main au collet d’un homme soupçonné d’avoir poignardé au moins trois personnes à Montréal ces derniers mois. Le suspect, Benjamin Webster, s’en serait pris à ses victimes au hasard.

Publié le 12 août
Mayssa Ferah
Mayssa Ferah La Presse

L’homme de 20 ans a été arrêté jeudi matin dans la résidence familiale de l’arrondissement de LaSalle et a comparu vendredi matin au palais de justice de Montréal. Pour le moment, il ne fait face qu’à un seul chef d’accusation, celui d’avoir tenté de poignarder à mort un homme le 4 juin à Montréal.

« [Les policiers] parlent de trois victimes, mais la dénonciation ne fait référence qu’à une seule. C’est tout ? », a demandé l’avocat de Webster, MLéonard Waxman, au stagiaire qui représentait la poursuite.

« Oui, pour le moment, c’est tout », a répondu ce dernier.

MWaxman a ensuite prévenu son client qu’il pourrait faire face à d’autres accusations, laissant ainsi entendre que l’enquête se poursuit.

Enjeux de santé mentale ?

Le criminaliste a aussi demandé que son client soit vu par les professionnels de l’Urgence psychosociale (UPS) du palais de justice et soit évalué psychologiquement.

L’UPS produit des rapports préliminaires qui peuvent, par exemple, précéder une évaluation plus approfondie à l’Institut national de psychiatrie légale Philippe-Pinel.

S’il s’avérait que des enjeux de santé mentale sont en toile de fond, une telle affaire avec plusieurs victimes serait la deuxième à survenir à Montréal en quelques semaines. Il y a 10 jours, un autre homme, Abdulla Shaikh, a été abattu par la police après avoir tué par balle trois personnes en moins de 48 heures.

Enquête intensive

Le SPVM avait déployé le 10 juin un poste de commandement mobile et diffusé un portrait-robot du suspect afin d’obtenir des renseignements sur deux des agressions pour lesquelles Webster est vraisemblablement soupçonné.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Les policiers ont mené une perquisition jeudi au domicile du suspect, à LaSalle.

Le SPVM expliquait alors que les attaques étaient survenues le 31 mai et le 4 juin dans le secteur de LaSalle.

La première victime sortait d’un centre d’entraînement et attendait l’autobus sur le boulevard Bishop-Power près de la rue George vers 1 h 15. Un homme armé s’est alors approché du jeune homme et l’a poignardé au haut du corps avant de prendre la fuite derrière la Place LaSalle, vers l’ouest.

La deuxième agression a eu lieu vers 21 h 30 la même journée. La victime marchait rue Raymond, à la hauteur du parc Paul-Séguin, « quand elle a senti derrière elle une personne arriver à la course puis lui asséner un violent coup à l’arrière de la nuque » avant de prendre la fuite à travers le parc. Des images de caméras de surveillance à proximité montrent que le suspect a suivi la victime sur environ 300 mètres.

Webster est entré dans la salle des comparutions du centre opérationnel de la division Sud du SPVM vêtu d’un kangourou blanc. Les policiers lui ont demandé de retirer son capuchon pour la comparution. Il a écouté avec attention son avocat, qui lui a notamment dit qu’il raconterait à ses parents ce qui s’est passé lors de la comparution.

Son enquête sur remise en liberté a été fixée à mardi prochain, pour la forme.