Un homme et une femme sont morts après avoir été victimes d’une intoxication au gaz dans une maison de Venise-en-Québec, en Montérégie. Deux autres personnes ont été transportées à l’hôpital, dont l’une reposait toujours dans un état jugé critique mercredi matin.

Mis à jour le 26 janvier
Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

La Sûreté du Québec rapporte en effet avoir été appelée à se rendre sur la 23e Avenue Est à Venise-en-Québec, vers 21 h mardi soir, après un signalement fait au 911 pour une « intoxication » à une substance qui serait « possiblement du monoxyde de carbone ».

À l’arrivée des premiers répondants, quatre personnes ont dû être emmenées d’urgence en centre hospitalier. Les décès d’un homme de 62 ans, qui avait été retrouvé inanimé sur place, et d’une femme de 80 ans dont l’état avait été jugé critique dès le départ, ont malheureusement été constatés en fin de soirée.

Un homme de 80 ans se trouvait aussi toujours dans un état critique, en début de journée mercredi, pendant qu’une femme de 52 ans était pour sa part dans un état « stable », d’après les autorités.

C’est dans une maison mobile, qui se trouvait sur le site du camping Domaine Florent, que cette triste affaire s’est déroulée. Au passage de La Presse mercredi, un périmètre de sécurité avait été érigé autour du domicile, et des enquêteurs s’affairaient à passer la scène au peigne fin pour récolter un maximum d’indices.

Un appareil d’appoint impliqué

On ignore jusqu’ici les détails exacts de l’intoxication de ces quatre personnes, mais il semble a priori qu’un appareil d’appoint de chauffage « pourrait avoir joué un rôle », a soutenu la sergente Valérie Beauchamp, porte-parole de la Sûreté du Québec.

Des analyses devront être menées dans les prochaines heures afin de confirmer cette hypothèse. « Ce qu’on peut dire, d’emblée, c’est que ça semble être un évènement accidentel. La thèse criminelle n’est donc pas retenue pour l’instant », a toutefois confirmé Mme Beauchamp à ce sujet.

Rappelons qu’en règle générale, le monoxyde de carbone se dégage lorsque des appareils et des véhicules brûlent un combustible.

Selon le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), ce gaz est responsable chaque année de plusieurs intoxications au Québec. Il s’agit d’un gaz toxique qui ne se voit pas et ne se sent pas. Le respirer peut toutefois être très dangereux pour la santé et entraîner la mort. Dans les dernières années, le monoxyde de carbone a aussi forcé l’évacuation de plusieurs écoles.