Un homme déjà détenu pour une affaire de possession d’arme a été de nouveau arrêté en prison, jeudi matin, pour le meurtre sordide d’un homme de 24 ans commis en mai 2019 dans un restaurant du Quartier DIX30, à Brossard, sur la Rive-Sud de Montréal, a appris La Presse.

Mis à jour le 13 janvier
Daniel Renaud
Daniel Renaud La Presse

La victime, Éric Francis De Souza, était attablée avec des amis lorsque le suspect est entré dans l’établissement, s’est approché de la table et a ouvert le feu sur le jeune homme, sous le regard sidéré des gens assis avec lui. Le suspect est ensuite monté à bord d’une voiture retrouvée plus tard incendiée sur l’autoroute 30.

COVID-19 oblige, l’arrestation de Joshua Sarroino, 27 ans, qui est actuellement incarcéré à l’Établissement de détention de Montréal (prison de Bordeaux), a été faite par téléphone par les enquêteurs de la Sûreté du Québec (SQ).

Il a été accusé de meurtre au premier degré jeudi après-midi, au palais de justice de Montréal, alors qu’il se trouvait dans une salle de la prison de Bordeaux. La cause se poursuivra le 28 février.

Sarroino est détenu pour possession d’arme depuis le printemps dernier.

PHOTO LA PRESSE

Joshua Sarroino est accusé du meurtre au premier degré d’Éric Francis De Souza.

Il avait été arrêté dans la foulée d’une importante enquête baptisée Partenariat, menée par l’Escouade nationale de répression du crime organisé (ENRCO) de la SQ et par d’autres corps de police canadiens et américains contre les membres et dirigeants d’un réseau de fraude de type grands-parents dont les victimes se trouvent surtout aux États-Unis.

Selon nos informations, un conflit entre des membres de ce réseau et Éric Francis De Souza pourrait être le mobile de l’assassinat du jeune homme.

Sarroino aurait occupé « un rôle important » au sein de ce réseau, écrit la SQ dans un communiqué.

Outre sa cause active de possession d’arme, Sarroino a notamment été condamné à une peine de 23 mois de prison en 2016 pour une affaire d’agression armée avec lésions et d’usage négligent d’une arme à feu.

L’ombre du crime organisé montréalais ?

L’enquête Partenariat se poursuit et les fraudes s’élèveraient à des millions de dollars.

Les victimes seraient surtout américaines, mais les fraudeurs et les têtes dirigeantes du réseau seraient des gens du Québec et pourraient être liés au crime organisé.

En mars 2021, les enquêteurs de l’ENRCO ont effectué 17 perquisitions en cours d’enquête au Québec, dont l’une chez Francesco Sollecito, frère de Stefano Sollecito, un acteur important de la mafia montréalaise.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

En mars 2021, les enquêteurs de l’Escouade nationale de répression du crime organisé ont effectué 17 perquisitions en cours d’enquête au Québec, dont l’une chez Francesco Sollecito, frère de Stefano Sollecito, un acteur important de la mafia montréalaise.

Au total, 35 personnes ont été rencontrées par les enquêteurs, mais personne n’a encore été arrêté, à part Sarroino et un autre individu pour l’affaire de possession d’arme.

Selon des résumés d’enquête déposés devant les tribunaux américains par le FBI, le mode opératoire des fraudeurs est presque toujours le même.

Une petite troupe de collecteurs recrutée par un réseau de fraudeurs s’installe dans une ville et trouve des maisons vacantes dont l’adresse pourra servir pour recevoir de l’argent.

Des arnaqueurs téléphonent ensuite à des personnes âgées en se faisant passer pour des avocats ou des policiers. Ils expliquent qu’un des petits-enfants de la victime ou un autre membre de sa famille a été impliqué dans un accident. Il a besoin d’argent rapidement. Pour l’aider, la personne âgée peut envoyer quelques milliers de dollars grâce à un service de livraison rapide. La personne au bout du fil donne l’adresse d’une maison vacante.

Lorsque l’argent est livré, le groupe de collecteurs ramasse le paquet. Après un certain temps, il disparaît et reprend le manège dans une autre ville des États-Unis.

Pendant que les policiers québécois perquisitionnaient en mars dernier, leurs homologues américains ont appréhendé 10 personnes au sud de la frontière pour des fraudes commises dans les États de Washington, du Michigan, de la Floride, de l’Ohio, de l’Oregon, du Massachusetts, de l’Illinois, de la Virginie, du Mississippi et de la Caroline du Sud.

Avec la collaboration de Vincent Larouche, La Presse

Pour joindre Daniel Renaud, composez le 514 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La Presse.