La fillette de Granby est morte de « suffocation externe », a conclu la pathologiste qui a effectué l’autopsie sur le corps « très maigre » de l’enfant de 7 ans. « La suffocation externe, c’est le nez et la bouche qui sont obstrués », a expliqué la Dre Caroline Tanguay aux 14 jurés dans le procès de la belle-mère de l’enfant, mardi.

Louis-Samuel Perron
Louis-Samuel Perron La Presse
Émilie Bilodeau
Émilie Bilodeau La Presse

Les examens que la médecin a effectués sur la dépouille et les analyses toxicologiques n’ont pas permis de révéler les causes du décès. La Dre Tanguay a dû examiner le contexte entourant la mort de la fillette. « Ce qu’on m’a donné comme renseignements, c’est qu’elle était contentionnée ou qu’elle aurait eu du ruban adhésif sur le corps dans un premier temps, et sur le nez et la bouche par la suite. Avec les constatations d’autopsie que j’ai […], j’en arrive à la conclusion que la cause du décès, c’est une suffocation externe », a indiqué l’experte.

Les procureurs de la Couronne tentent de démontrer, depuis trois semaines, que la belle-mère a enroulé la fillette de ruban adhésif. La femme de 38 ans est accusée de meurtre au deuxième degré et de séquestration.

La Dre Caroline Tanguay a rapporté que l’enfant était « très maigre » et très petite au moment de sa mort. Des photos de la fillette, inconsciente sur son lit d’hôpital, ont d’ailleurs été présentées au jury. Malgré sa maigreur extrême, la pathologiste a écarté l’hypothèse que l’enfant souffrait d’une maladie chronique.

La fillette présentait des « anomalies »

Selon les observations de la Dre Tanguay, la fillette était « très maigre au niveau du visage et des membres ». Son retard était « important » tant sur le plan de sa taille que de son poids. Ainsi, elle présentait des « anomalies » au niveau de certains organes, a-t-elle ajouté, sans toutefois préciser la nature de celles-ci.

La fillette mesurait seulement 1,02 m au moment de sa mort. Ainsi, elle était « en dessous du 0,1 % [des enfants] pour la grandeur ». Elle pesait 36 lb, ce qui la situait entre les percentiles 0 et 3, selon la pathologiste.

Selon les rapports, la fillette née prématurément à presque 36 semaines avait rattrapé son retard de poids à la naissance. Jusqu’à 3 ans, elle se situait ainsi entre les 15e et 50percentiles pour la taille. Mais au printemps 2017 – vers l’âge de 5 ans –, elle frôlait le percentile 0 pour la taille. « Elle ne suit plus ses courbes de croissance », a observé l’experte.

La Dre Tanguay a remarqué des fractures à la cage thoracique de la fillette qui dataient de quelques jours avant sa mort. La médecin a toutefois précisé qu’à cause de la « faible densité osseuse » de l’enfant, cette dernière n’a peut-être pas senti sa blessure.

Sur les photos, le jury a également observé quelques marques mineures sur le corps de la victime, dont une « érosion » sur son flanc droit et une « érosion » sur la main. « On n’a pas de fracture des membres inférieurs et supérieurs », a témoigné la pathologiste.