Les enquêteurs de la nouvelle stratégie québécoise de lutte aux armes à feu Centaure ont saisi plusieurs armes à feu jeudi, lors de perquisitions effectuées dans plus d’une région au Québec. Mais ce qui retient également l’attention, c’est le nombre de kilogrammes de cocaïne sur lesquels ils auraient mis la main : plus de 170, selon ce que des sources ont confié à La Presse.

Daniel Renaud
Daniel Renaud La Presse

La grande partie de cette cocaïne aurait été saisie dans le secteur de la rue Fontenay à Laval, dans le cadre d’une enquête de l’Escouade régionale mixte de la couronne nord. D’après nos informations, un des individus interpellés par les enquêteurs aurait des liens avec un membre des Hells Angels.

Des armes de poing et de l’équipement servant à encoder de la cryptomonnaie auraient également été saisis par les enquêteurs lors de cette perquisition.

Dans le cadre de dix enquêtes différentes, qui n’ont pas de lien entre elles, les enquêteurs ont effectué jeudi une trentaine de perquisitions dans des résidences et des véhicules à Montréal, Laval, Saint-Amable, Brownsburg-Chatham, Sainte-Anne-du-Lac, Saint-Gédéon-de-Beauce, Saint-Maurice, Mont-Joli et Price.

Selon nos informations, outre les kilogrammes de cocaïne – évalués à au moins 7 millions sur le marché noir avant la revente sur la rue –, les limiers auraient également saisi des dizaines d’armes longues, quelques armes de poing, des silencieux, des chargeurs, des munitions, diverses quantités d’autres drogues et des dizaines de milliers de dollars en argent. La Sûreté du Québec devrait fournir un bilan final de l’opération vendredi.

Même s’il s’agissait d’abord de perquisitions en cours d’enquête, quelques individus auraient été arrêtés, notamment pour trafic d’armes ou trafic de stupéfiants.

« Jusqu’à maintenant, le bilan préliminaire est exceptionnel. Ce sont des dossiers qui, dans la plupart des cas, ont démarré avec une information du public et dont l’enquête est très récente. Dans le cas de la grosse saisie de cocaïne, nous avons eu un important partenariat avec le Service de police de la ville de Laval », a déclaré le lieutenant Benoit Richard de la Sûreté du Québec.

Centaure visite les bars

En effectuant une trentaine de perquisitions reliées à dix enquêtes différentes le même jour, les enquêteurs de Centaure ont voulu faire sentir leur présence.

La journée de visibilité de Centaure s’est poursuivie en soirée puisque des dizaines de policiers ont visité des établissements licenciés, dans le même but de mettre de la pression sur le crime organisé pour que diminue le nombre d’évènements de coups de feu à Montréal et ailleurs.

Des policiers de la Sûreté du Québec, des groupes Éclipse du SPVM et d’Équinoxe du Service de police de Laval, de la Gendarmerie royale du Canada, et des corps de police de Sherbrooke, Granby, Bromont, Trois-Rivières, Gatineau, Québec et des régies de police Thérèse-de-Blainville et de Memphrémagog, ont visité plusieurs bars de Montréal, Laval, Longueuil, Québec, Gatineau, Trois-Rivières et de l’Estrie.

Selon une compilation effectuée par La Presse, plus de 130 évènements de coups de feu, tentatives de meurtre et meurtres par arme à feu, sont survenus à Montréal, et environ 24 à Laval, depuis le début de l’année.

La stratégie Centaure est composée de plusieurs équipes d’enquête contre le crime organisé et autres dont l’Équipe intégrée de lutte aux armes à feu (EILTA), l’Escouade nationale de répression du crime organisé (ENRCO) et les escouades régionales mixtes (ERM).

Centaure a également lancé jeudi une nouvelle ligne téléphone confidentielle pour toute personne ayant des informations à communiquer aux policiers dans le cadre de la lutte au trafic d’armes à feu : 1-833-888-ARME (2763).

Pour joindre Daniel Renaud, composez le 514 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La Presse.