Un proche des Hells Angels ciblé pour trafic de stupéfiants est actuellement recherché par les policiers alors qu’il est en cavale pour la deuxième fois en cinq ans.

Daniel Renaud
Daniel Renaud La Presse

Les enquêteurs de la Division du crime organisé (DCO) du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) avaient prévu arrêter Benoit Nantel-Gagnon lors du démantèlement de réseaux de trafic de drogues opérant dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve et dans la région de l’Abitibi la semaine dernière, mais l’homme de 37 ans est parvenu à leur filer entre les doigts.

En 2016, Nantel-Gagnon a fait le même coup aux policiers alors qu’il était recherché dans le cadre de l’enquête Magot-Mastiff, par laquelle la Sûreté du Québec a décapité une alliance motards-mafia-gangs qui dirigeait le crime organisé montréalais.

Un mandat d’arrêt avait été lancé contre Nantel-Gagnon en juillet 2016, mais ce n’est que 10 mois plus tard, en mai 2017, que le fugitif avait été arrêté à la suite d’une altercation survenue dans un hôtel de Saint-Sauveur, dans les Laurentides.

Dans la famille des Hells Angels

Benoit Nantel-Gagnon, surnommé « Le Brin », est recherché et est accusé de complot et de trafic de cocaïne dans le cadre de l’enquête Maculé du SPVM.

Il est soupçonné d’avoir été le patron de réseaux de trafic de stupéfiants opérant dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, dans l’est de Montréal, et dans une partie de l’Abitibi, et d’avoir fait le lien avec les Hells Angels responsables de ces secteurs.

Nantel-Gagnon, qui a des antécédents criminels, a un lien familial avec le bras droit d’un membre des Hells Angels qui contrôle le secteur d’Hochelaga-Maisonneuve, selon la police.

Une dizaine d’individus ont été arrêtés la semaine dernière, dont Gaétan Bradette et ses fils Tommy et Francis.

Gaétan Bradette, 59 ans, une vieille relation de l’ancien chef guerrier des Hells Angels Maurice Boucher, est soupçonné d’avoir dirigé une route de stupéfiants dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve et est notamment accusé de gangstérisme.

Outre des chefs de complot et de trafic de stupéfiants, son fils Tommy est aussi accusé, avec deux autres individus, du meurtre de Bardia Gorji, commis à Montréal en 2020. La victime de 38 ans a été battue à mort et selon nos informations, les circonstances seraient un passage à tabac qui a mal tourné avec les stupéfiants comme toile de fond.

En plus de Benoit Nantel-Gagnon, un autre individu est également recherché pour complot et trafic de stupéfiants dans le cadre de l’enquête Maculé : Mathieu Lecompte-Charbonneau, 30 ans, un résidant de Rivière-Héva, en Abitibi.

Lecompte-Charbonneau est soupçonné d’avoir agi en tant que gérant de la distribution et de la vente de stupéfiants pour le réseau de l’Abitibi.

Pour joindre Daniel Renaud, composez le 514 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La Presse.