La police de Montréal a lancé un appel au public lundi pour retracer des victimes potentielles d’un ancien « grand prêtre » du Mouvement raëlien au Québec, qui est déjà accusé d’agression sexuelle sur une ancienne membre de la secte.

Vincent Larouche
Vincent Larouche La Presse
Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

« Les enquêteurs de la Section des agressions sexuelles du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) cherchent à identifier des victimes potentielles dans un dossier d’agressions sexuelles survenues dans les années 90 », précise le corps policier, en utilisant le pluriel dans son bref communiqué.

Le suspect dans cette affaire se nomme Bobby Potvin, 57 ans, alias « Lear » (Raël à l’envers). M. Potvin, qui est aussi exterminateur, artiste peintre et propriétaire d’immeubles à logements, a comparu en cour le 26 juillet dernier pour agression sexuelle sur une femme. Les agissements se seraient déroulés entre 1990 et 2000. La victime a déjà été membre du Mouvement Raëlien, selon nos informations.

« Je n’ai rien à vous dire, je n’ai rien à dire à personne. C’est mon droit au silence », a martelé M. Potvin lorsque questionné par La Presse lundi au sujet d’un lien entre les accusations et les différents internes qui ont déchiré la secte au fil des ans.

Contre « le racisme anti-sectes »

Au cours des années 1990 et au début des années 2000, Bobby Potvin a donné plusieurs entrevues à titre de « grand prêtre » du Mouvement Raëlien. Un article de La Presse précisait qu’il était adepte de la mouvance depuis l’âge de 14 ans. Il avait notamment agi comme porte-parole lors d’une manifestation raélienne contre « le racisme anti-sectes ».

Un ancien fidèle de Raël l’avait accusé publiquement dans les médias d’avoir sollicité des contributions financières en précisant que le grand patron Raël « aimerait rouler en Ferrari ».

En réponse aux questions de La Presse dans un reportage publié au début des années 2000, il disait que son gourou n’avait pas de temps à perdre avec les plaintes d’anciens membres frustrés. « Raël est un chef religieux et il a autre chose à faire que de parler des histoires de bonnes femmes et de frustrés qui ont quitté notre organisation et disent des choses mensongères », avait-il déclaré.

Soucoupe volante

Le Mouvement Raëlien est toujours actif au Québec et dans plusieurs pays à travers le monde, même s’il ne fait plus autant parler de lui qu’autrefois. Ses membres croient que des extra-terrestres nommés Élohim sont les créateurs de l’homme et que Raël est leur prophète.

Raël, de son vrai nom Claude Vorilhon, affirme avoir vu ses premiers extra-terrestres à Clermont-Ferrand, en France, en 1973. Il dit que les voyageurs venus de l’espace l’ont emmenés dans leur soucoupe volante pour lui faire visiter leur planète et l’ont opéré au cerveau pour le rendre supérieurement intelligent.