La mort d’une personne à vélo âgée de 31 ans tuée par le chauffeur d’un camion à benne à l’intersection des avenues du Parc et du Mont-Royal, lundi après-midi, choque le milieu cycliste, qui réclame depuis plus de 15 ans des aménagements sécuritaires à cet endroit très fréquenté considéré comme accidentogène, tandis que les élus promettent un réaménagement des lieux.

Nicolas Bérubé
Nicolas Bérubé La Presse
Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse
Philippe Teisceira-Lessard
Philippe Teisceira-Lessard La Presse

« Ce décès n’a rien d’accidentel : c’était prévisible et c’était évitable », déplore Magali Bebronne, porte-parole et directrice des programmes à Vélo Québec.

L’avenue du Parc n’est « ni plus ni moins qu’une autoroute » qui traverse un quartier densément peuplé, dit-elle. « Elle coupe notre grand parc du Mont-Royal en deux, et les abords du parc ne sont pas conviviaux pour les nombreux déplacements à pied ou à vélo. J’ai vécu à cette intersection, et je ne compte plus le nombre de collisions qui y sont survenues. »

Ça fait 20 ans qu’on parle de la réfection de l’intersection du Parc et Camillien-Houde, deux rues trop larges qui engendrent vitesse et collisions au cœur de la ville. Encore un cycliste victime dans ce secteur. On attend quoi pour agir ?

Suzanne Lareau, ex-PDG de Vélo Québec, sur Twitter

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Suzanne Lareau, ex-PDG de Vélo Québec, en 2018

Selon des témoins, la collision s’est produite vers 15 h 30, lundi, alors que le camionneur, Brandon Marchand-Bibeau, et le cycliste, Andrea Rovere, se déplaçaient tous deux en direction sud sur l’avenue du Parc, dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal. Le camionneur a fait un virage à droite sur l’avenue du Mont-Royal, coupant la voie du cycliste et le heurtant.

Riadh Cherif, dont l’épicerie est située à cette intersection, était en train de faire du rangement dans son commerce quand il a entendu une commotion à l’extérieur.

« J’ai regardé par la fenêtre et il y avait une personne allongée au milieu de la rue. Je suis sorti pour aider, mais il y avait déjà des passants qui aidaient. Il y avait beaucoup de sang sur la chaussée. C’était affreux », dit-il. Arrivés sur les lieux peu après, les ambulanciers ont fait un massage cardiaque à la victime.

Ils travaillaient fort pour l’aider, mais je ne l’ai pas vu bouger ou reprendre ses esprits.

Riadh Cherif, témoin

Il a été transportée à l’hôpital. Les policiers du SPVM ont annoncé sa mort en soirée, lundi. Le camionneur a pris la fuite alors que le vélo de la victime était toujours accroché à son véhicule. L’homme de 25 ans a été arrêté par les policiers sur un chantier de l’arrondissement d’Outremont.

La victime, Andrea Rovere, était un étudiant italien installé à Montréal depuis plusieurs années. Il réalisait un doctorat en sciences de l’énergie et des matériaux à l’Institut national de recherche scientifique (INRS).

L’accusé Brandon Marchand-Bibeau, lui, est chauffeur pour l’entreprise Épandage Dion & Fils. Il a été accusé mardi de ne pas s’être arrêté au volant de son véhicule, « sachant ou ne se souciant pas que l’accident a entraîné des lésions corporelles ayant causé la mort », sans avoir « d’excuse raisonnable » pour ne pas offrir d’assistance à la victime. Il a été libéré sous conditions, et son retour en cour est prévu en décembre.

Lors du passage de La Presse, mardi matin, une autre collision, cette fois entre deux automobilistes, venait de se produire à l’intersection de l’avenue du Parc et de l’avenue du Mont-Royal. L’un des véhicules, une minifourgonnette, a même fini sa course sur le trottoir, au coin nord-est du carrefour.

M. Cherif déplore que l’intersection, point d’entrée pour le parc du Mont-Royal, soit mal aménagée. « C’est vraiment un coin familial, ici, mais paradoxalement, c’est dangereux pour les familles d’être ici. »

Plante et Coderre réagissent

L’intersection des avenues du Parc et du Mont-Royal est dangereuse, a reconnu la mairesse Valérie Plante, mardi après-midi.

Elle a fait valoir que la sécurisation de ce lieu était prévue dans le réaménagement des abords du parc du Mont-Royal, actuellement en phase de planification. « C’est un peu comme le début de la montagne, Parc et Mont-Royal. Toute cette intersection doit être repensée », a-t-elle dit. « Ça fait partie de cette volonté ferme de donner à chaque mode de déplacement son [espace] qui lui est propre. »

Selon le candidat à la mairie de Montréal Denis Coderre, la situation a empiré depuis 2017. « Malheureusement, dans les quatre dernières années, il y a encore plus de décès [chez les] cyclistes notamment », a-t-il dit mardi, en décochant une flèche sentie à l’endroit de Valérie Plante. Peu après, M. Coderre a d’ailleurs affirmé que l’« opposition de l’époque qui aujourd’hui est à l’administration [le] traitait de tous les noms et ils n’ont rien fait eux autres non plus ».

Les chiffres montrent pourtant le contraire. Depuis que Valérie Plante est mairesse, 7 cyclistes sont morts sur les routes de la métropole, contre 11 sous Denis Coderre. Dans les quatre années précédentes, soit de 2010 à 2013, on en avait recensé 19.

Au-delà des chiffres, « envisager un carrefour giratoire est une très bonne idée pour ce coin-là », a néanmoins soutenu M. Coderre, en parlant de l’intersection où l’accident s’est produit.

Les élus veulent sécuriser l’intersection

En point de presse sur les lieux de la collision, mardi, Éric Alan Caldwell, membre du comité exécutif responsable de la mobilité, Philipe Tomlinson, maire de l’arrondissement d’Outremont, et Luc Rabouin, maire de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, ont pris la parole pour offrir leurs condoléances à la famille du jeune homme.

M. Caldwell a noté que l’administration sécuriserait les lieux, notamment en y ajoutant un « axe structurant » réservé aux autobus sur l’avenue du Parc, ce qui avait été annoncé l’été passé. « On va sécuriser les intersections, donc les piétons, les cyclistes et les automobilistes vont pouvoir utiliser un axe mieux pensé, car on vient camper la place de tout un chacun », a-t-il fait valoir, ajoutant que des radars photo pourraient aussi être installés sur l’avenue du Parc pour tenter de limiter les excès de vitesse.

M. Tomlinson a quant à lui annoncé le prolongement de la piste cyclable située sur le chemin de la Côte-Sainte-Catherine, qui se rendra à terme jusqu’à la piste de la rue Rachel. « On prend aujourd’hui l’engagement de le faire », a-t-il dit.

En chiffres

350 000 : C’est le nombre de Montréalais qui disaient utiliser leur bicyclette au moins une fois par semaine en 2020. Il s’agit d’une augmentation de 42 % par rapport à 2015.

Source : Vélo Québec