Jean-Guy Bourgouin, ancien vice-président des Rockers, défunt club-école des Hells Angels, a plaidé coupable à une accusation de possession d’une arme à feu prohibée le 5 août dernier et a été immédiatement condamné à une peine d’emprisonnement de trois ans.

Daniel Renaud
Daniel Renaud La Presse

Bourgouin, 54 ans, a été arrêté en décembre dernier et est détenu depuis. En soustrayant la période de temps passée en détention préventive de 366 jours — au moment où il a reçu sa peine —, il lui reste donc un reliquat de deux ans moins un jour à purger.

Jean-Guy Bourgouin a été arrêté lors de la première phase de perquisitions menées dans le cadre d’une enquête de la Division du crime organisé du SPVM baptisée Renouveau et visant un réseau de trafiquants de cocaïne qui auraient distribué de la cocaïne dans le secteur du Plateau-Mont-Royal et auraient fourni des kilogrammes de cocaïne à d’autres organisations criminelles de la région de Montréal et de l’est du Québec.

En fouillant sa maison à Mascouche, les enquêteurs ont découvert dans la table de chevet de sa chambre à coucher une arme à feu chargée, soit un pistolet d’assemblage artisanale de type Glock modèle 22 de calibre.40, alors que Bourgouin était sous le coup d’une ordonnance lui interdisant de posséder une arme.

Le motard a été accusé de possession d’une arme prohibée, d’entreposage négligent d’une arme à feu et de bris d’ordonnance et n’a pas été accusé dans le cadre du projet Renouveau même si la police le considérait comme la tête dirigeante du réseau.

« Une gang de mental »

Les Rockers, qui relevaient de Maurice Boucher durant la guerre des motards entre 1994 et 2002, ont été très actifs durant le conflit contre les Rock Machine et les trafiquants indépendants, et sont disparus après l’opération Printemps 2001.

En 2000, Bourgouin, dont les communications étaient alors interceptées par la police, avait expliqué à un individu comment certains aspirants étaient prêts à tout pour obtenir leurs « patchs » des Hells Angels. « Ils veulent tous monter les gars, ç’a pas d’allure ça, un moment donné, là, criss, écoute, c’est bien beau là, c’est une gang de mental. Moé, dans mon livre à moé, c’est des psychopathes », avait dit le motard.

Il y a trois ans et demi, Bourgouin a été visé par une tentative de meurtre. Un individu a tiré vers lui alors qu’il sortait d’un restaurant de l’arrondissement de Saint-Léonard, après avoir partagé un repas avec un membre des Hells Angels et un associé de ce dernier.

À la même époque, des proches de Bourgouin auraient eux aussi eu des contrats sur leur tête. Sous le véhicule de l’un d’entre eux, on avait collé un dispositif GPS du même genre que ceux utilisés par les tueurs à gages pour connaître les allées et venues de leur cible.

Dans un communiqué émis en juin dernier lors du ratissage final de l’enquête Renouveau, le SPVM a annoncé avoir saisi 20 kg de cocaïne d’une valeur de 1,4 million de dollars sur le marché, 218 000 comprimés de méthamphétamine et des quantités diverses de Xanax, mescaline et autres stupéfiants. Deux armes à feu, un pistolet à impulsion électrique, un poing américain, des munitions de différents calibres et des vestes pare-balles ont aussi été saisis, de même que près de 800 000 $ en argent comptant.

Plusieurs individus ont été arrêtés et accusés et les procédures se poursuivent.

Pour joindre Daniel Renaud, composez-le 514 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La Presse.