(Repentigny) Des membres de la famille de Jean René Junior Olivier, qui a été abattu par des policiers dimanche à Repentigny, ont demandé « justice » pour lui, en conférence de presse lundi.

Florence Morin-Martel
Florence Morin-Martel La Presse

« J’attends la justice », a soutenu la mère du défunt, Marie-Mireille Bence, en point de presse devant le domicile familial. « Je suis en colère, a-t-elle poursuivi. J’appelle pour de l’aide et on tue mon fils ». Consternée, cette dernière exige des réponses de la part du corps policier de Repentigny. Lundi après-midi, proches, amis et organismes étaient sur place pour soutenir la famille immédiate et déposer des fleurs devant la maison.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Marie-Mireille Bence tient une photo de son fils abattu dimanche par les policiers de Repentigny.

Au bord des larmes, Marie-Mireille Bence a remonté le fil des évènements de dimanche. « Mon fils me disait qu’il voyait des gens autour de lui qui voulaient lui faire du mal », a-t-elle raconté. Pour l’empêcher de se blesser avec le couteau qu’il tenait, elle a appelé le 911 vers 7 h 30. Lorsque les policiers sont intervenus, Jean René Junior Olivier aurait fini par déposer le couteau, selon Marie-Mireille Bence. « C’est là qu’il a été abattu », se désole la mère.

Kayshawn Olivier ne s’explique pas la perte de son père. « Pourquoi trois balles ? a-t-il dit. Mon père n’était pas menaçant envers la police. » Le jeune homme a fait valoir que les policiers auraient pu le maîtriser autrement.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Le fils de la victime, Kayshawn Olivier

Selon le communiqué de presse du Bureau des enquêtes indépendantes (BEI), les policiers auraient tenté « de verbaliser avec le sujet qui aurait pris la fuite à pied » et se serait montré menaçant » envers eux. Après ne pas avoir réussi à le maîtriser avec du poivre de Cayenne, les policiers auraient « tiré plusieurs coups de feu en direction de l’homme et l’ont atteint mortellement », a indiqué le BEI.

L’enquête du BEI est toujours en cours. Le Service de police de la Ville de Repentigny n’a pas voulu commenter les évènements.

PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE

Les agents du Service de police de la Ville de Repentigny répondaient dimanche à un appel au 911, peu après 7 h 30, concernant une personne confuse et désorganisée, armée d’un couteau.

« Comme George Floyd »

La cousine du défunt, Dolmine Laguerre, souhaite qu’il y ait une mobilisation. « On veut que ça soit comme George Floyd, a-t-elle signifié. Les personnes noires n’ont pas de justice. » Cette dernière craint que ses enfants et ceux de la communauté noire en général subissent le même sort que Jean René Junior Olivier. « Sont-ils en sécurité, a questionné Dolmine Laguerre. Non, ils ne le sont pas. »

Marie-Mireille Bence a réitéré qu’elle ne faisait plus confiance aux policiers de la Ville. Elle s’est dit sceptique pour la suite des choses. « Le policier qui a fait ça, qu’est-ce qu’on va faire avec lui ? », a-t-elle questionné.

Présent aux côtés de la famille, Fo Niemi, directeur général du Centre de recherche-action sur les relations raciales, a rappelé que quatre dossiers de profilage racial à Repentigny avaient été reconnus par le Tribunal des droits de la personne. Le Service de police devrait être mis sous tutelle, a soutenu Pierre-Richard Thomas, coordonnateur de l’organisme Lakey Média.

Pour le président de la Ligue des Noirs du Québec, Max Stanley Bazin, le drame de dimanche n’est pas une surprise. « Lorsque j’ai reçu l’appel, je me suis dit : “ Encore Repentigny ”, a-t-il raconté. Ce sont des choses qui ne devraient pas se produire. »

Des manifestations se tiendraient prochainement, a annoncé Fo Niemi. « Je vais être là, a affirmé Dolmine Laguerre. En ce moment, il y a beaucoup de journalistes, mais dans quelques jours, l’histoire va être morte. J’aimerais qu’on aille vers une certaine justice. »

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

La cousine du défunt, Dolmine Laguerre

« Ça marque une distance »

Pierre-Richard Thomas a soulevé que Repentigny n’avait toujours pas offert ses condoléances en après-midi. « Ça marque une distance entre les responsables de la ville et la population noire », a-t-il soutenu.

Lors d’un point de presse plus tard dans la journée, Helen Dion, directeur du Service de Police de Repentigny, s’est dite « sensible à la peine que vit la maman ». Cette dernière a indiqué que la mairesse, Chantal Deschamps, devait se joindre à elle pour communiquer avec Marie-Mireille Bence « le plus rapidement possible ».

Helen Dion a dit comprendre que la situation pouvait être « particulièrement éprouvante pour les citoyens noirs de Repentigny ». Elle a aussi exprimé son soutien aux policiers. « Aucun de nous ne se lève le matin avec une envie de dégainer une arme à feu », a-t-elle souligné.

Cette dernière a toutefois reconnu que le profilage racial touchait l’ensemble des institutions du Québec et qu’il était nécessaire de poursuivre la sensibilisation.