Trois jeunes hommes ont été arrêtés mercredi soir en lien avec l’enlèvement d’un jeune adolescent de 17 ans à Laval, à l’issue d’une poursuite policière qui s’est conclue sur l’île de Montréal, dans le secteur du marché Jean-Talon.

Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

Le Service de police de Laval (SPL) rapporte être intervenu vers 19 h, après avoir reçu des signalements au 911 de la part de passants qui ont assisté à la scène.

À l’origine, la victime, un jeune homme de 17 ans, se trouvait dans le stationnement d’un établissement commercial au coin de l’autoroute 440 et du boulevard du Curé-Labelle (route 117).

Selon la lieutenante aux affaires publiques du SPL, Geneviève Major, trois suspects se sont éventuellement « approchés de la victime à bord d’un véhicule et l’ont forcé à embarquer à l’intérieur de leur voiture ». Ils ont ensuite pris l’autoroute 440, roulant en direction de l’île de Montréal.

« Avec la description du véhicule, on a eu plusieurs véhicules de patrouille de Laval qui se sont rapidement déplacés. La voiture suspecte a finalement été localisée sur l’autoroute métropolitaine à Montréal. Sauf que le véhicule suspect a refusé de s’immobiliser. Il y a alors une poursuite qui a commencé sur le territoire du SPVM, qui a duré environ 5 minutes », a aussi précisé Mme Major.

Le conducteur du véhicule s’est finalement immobilisé près du marché Jean-Talon, soit à tout près de 20 km du lieu de l’enlèvement. Les trois suspects ont alors tenté de prendre la fuite à pied, mais ont finalement tous été arrêtés par les patrouilleurs. La victime, elle, a été localisée par les autorités à l’intérieur du véhicule. Elle n’avait pas subi de blessures.

Des enquêteurs de la police de Laval rencontreront les trois suspects, dont certains sont mineurs, afin de tenter de déterminer les causes et les circonstances exactes de cet évènement. En fin de soirée mercredi, aucune accusation n’avait encore été portée contre les suspects, qui seraient aussi âgés entre 17 et 18 ans. Ils comparaîtront devant un juge jeudi.

On ignore pour le moment le motif ou l’intention des ravisseurs dans cette affaire encore très nébuleuse. C’est l’enquête en cours qui devra le déterminer. Des témoins potentiels pourraient également être rencontrés éventuellement et des bandes vidéo de caméras de surveillance devraient être visionnées par les enquêteurs.