Jérémie McLaughlin-Thibault, un homme « dangereux » avec de nombreux antécédents de violence conjugale, a été condamné à 10 ans d’emprisonnement vendredi dernier pour avoir battu à mort sa voisine de palier en 2019, dans l’est de Montréal. La Couronne réclamait une peine exemplaire de 15 ans afin de dénoncer la violence envers les femmes.

Louis-Samuel Perron
Louis-Samuel Perron La Presse

Accusé du meurtre non prémédité de Vickie Belle-Isle, l’homme de 37 ans a été reconnu coupable par un jury d’une accusation moindre d’homicide involontaire en juin dernier. Jérémie McLaughlin-Thibault a tué sa voisine à coups de rouleau de sacs de plastique industriels, le 28 juin 2019, dans l’appartement de la victime à Pointe-aux-Trembles.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Vickie Belle-Isle

Malgré la tenue du procès, les circonstances de ce crime demeurent nébuleuses. « Aucun mobile n’a été mis en preuve et l’homicide demeure inexpliqué », conclut le juge Daniel Royer, de la Cour supérieure.

Jérémie McLaughlin-Thibault n’était pas en couple avec la femme de 32 ans, mais résidait dans le même immeuble. Il circulait ainsi « librement » dans l’appartement que la victime partageait avec deux colocataires. L’un d’entre eux a d’ailleurs surpris le tueur en flagrant délit pendant l’homicide.

Le Tribunal retient que M. McLaughlin-Thibault reconnaît s’être emporté, mais qu’il n’a pas voulu le résultat funeste.

Le juge Daniel Royer

Les procureurs de la Couronne MSimon Lapierre et MPierre-Olivier Bolduc réclamaient une sévère peine de 15 ans d’emprisonnement, réservée pour les « quasi-meurtres », en soulignant de nombreux facteurs aggravants, comme le caractère « brutal, gratuit et sournois de l’agression » et le nombre de coups à la tête.

15 ans d’antécédents

Les nombreux antécédents judiciaires de Jérémie McLaughlin-Thibault en matière de violence contre les femmes militaient aussi en faveur d’une peine exemplaire, selon la Couronne. Le tueur a en effet commis des crimes « sans accalmie » depuis 15 ans. Il a accumulé six dossiers de menaces et pas moins de neuf pour voies de fait, souvent en matière conjugale. De plus, au moment du crime, il était sous probation.

Ainsi, aux yeux de la Couronne, les peines imposées par les tribunaux pour les crimes contre les femmes devraient véhiculer les « valeurs de la société ».

La défense demandait neuf ans de détention, puisque l’agression était « spontanée » et n’a pas été commise dans un contexte de « violence conjugale ».

Or, l’homicide n’est pas un « quasi-meurtre », comme l’avance le ministère public, mais plutôt un homicide « avec prévisibilité objective de mort », tranche le juge Royer. Jérémie McLaughlin-Thibault n’avait pas l’intention de tuer la femme, comme en « fait foi » l’arme du crime, un rouleau de sacs de plastique. Les peines pour cette dernière catégorie sont généralement de cinq à neuf ans de détention.

S’il conclut que les antécédents judiciaires de Jérémie McLaughlin-Thibault constituent un facteur aggravant important, le juge Royer « n’est pas prêt par contre à reconnaître que le fait que la victime était une femme constitue un facteur aggravant ». La victime n’était ni la conjointe ni en position de dépendance face à Jérémie McLaughlin-Thibault, explique le juge.

Néanmoins, Jérémie McLaughlin-Thibault demeure un « homme imprévisible et dangereux » aux prises avec de « sérieux » problèmes de toxicomanie et de violence, selon le juge. Depuis 15 ans, le criminel a accumulé un nombre « impressionnant » d’antécédents judiciaires, soit près d’une cinquantaine d’inscriptions.

Lors des observations sur la peine, la sœur de la victime, Karine Belle-Isle, a rendu un hommage à sa sœur Vickie, dépeinte de façon « peu reluisante » lors du procès. Deux ans plus tard, Mme Belle-Isle est toujours habitée par la peine et un profond sentiment d’injustice. Elle considère Jérémie McLaughlin-Thibault comme un « monstre » sans remords.

Si Jérémie McLaughlin-Thibault s’est finalement excusé à la famille pendant une audience, le juge a qualifié ces regrets de « plus ou moins convaincants ».

MCatherine Ranalli et MSafaa Essakhri ont défendu Jérémie McLaughlin-Thibault.