Jérémie McLaughlin-Thibault aurait tué sa voisine de palier « avec un gros rouleau de sacs de plastique ». Lorsque le colocataire de la victime de 32 ans est arrivé sur les lieux du crime, l’accusé se serait défendu en alléguant qu’elle l’avait « mordu ».

Véronique Lauzon
Véronique Lauzon La Presse

Le procès devant jury de Jérémie McLaughlin-Thibault, accusé du meurtre non prémédité de Vicky Belle-Isle, s’est ouvert mercredi au palais de justice de Montréal. La cause de sa mort serait un « traumatisme cérébral contondant ».

La femme de 32 ans a été tuée dans son appartement de Pointe-aux-Trembles, le 28 juin 2019. Mercredi matin, le procureur de la Couronne Simon Lapierre a expliqué aux 14 membres du jury que la victime n’était pas la conjointe de l’accusé, mais plutôt sa voisine de palier.

Le jour du crime, l’accusé de 37 ans aurait passé une partie de la journée avec les deux colocataires de Mme Belle-Isle, Sylvain Houde et Chris Vaillancourt, dans des marchés aux puces.

Un peu plus tard, plus précisément vers 17 h, Sylvain Houde aurait ouvert la porte d’entrée de son appartement. Il y aurait tout de suite aperçu M. McLaughlin-Thibault qui frappait avec un rouleau de sac de plastique sur la tête de sa colocataire, couchée au sol. Sans perdre de temps, M. Houde aurait alors pris le rouleau des mains de M. McLaughlin-Thibault.

L’accusé lui a alors dit qu’elle l’avait mordu, a affirmé MLapierre.

Sylvain Houde aurait rapidement expulsé l’accusé par le balcon de son appartement, situé au rez-de-chaussée de l’immeuble. De retour au salon, il aurait constaté que le chien de race boxer qui appartenait à l’autre colocataire, Chris Vaillancourt, mordait la jambe de Mme Belle-Isle. Il aurait contacté le 911.

Le décès de la victime, qui a été transportée à l’hôpital, a été constaté le lendemain du crime.

Les policiers ont rapidement arrêté l’accusé à proximité de l’immeuble. « Les policiers qui ont procédé à son arrestation vous diront que l’accusé était à bout de souffle, en sueur, qu’il était blessé au niveau des poignets, qu’il n’avait qu’un soulier et qu’il avait du sang sur ses vêtements », a précisé le procureur de la Couronne.

Parmi la quinzaine de personnes qui devraient être appelées à la barre des témoins, il y a une experte en médecine dentaire qui expliquera que les blessures de M. McLaughlin-Thibault seraient compatibles avec les morsures d’un chien, « mais certainement pas une morsure humaine ».

En terminant, MLapierre a indiqué aux membres du jury qu’il était important qu’ils gardent « leur esprit ouvert ». Il a expliqué que la relation entre Vicky Belle-Isle et Sylvain Houde était conflictuelle. « La preuve devrait peindre un portrait peu reluisant de leur relation. Par contre, laissez-moi vous dire qu’il ne faut pas perdre de vue qu’il ne s’agit pas du procès de Mme Belle-Isle, ni de Sylvain Houde, ni de leur mode de vie. »

Le procès devant jury est prévu jusqu’à la mi-juin.