L’ex-policier de la Sûreté du Québec (SQ) Patrick Ouellet obtient une sortie préparatoire à la libération conditionnelle, selon une décision rendue par la Commission des libérations conditionnelles du Québec.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Patrick Ouellet avait causé la mort d’un enfant lors d’une opération policière en février 2014, à Longueuil, avait rapporté La Presse après les faits.

Dans un contexte de filature, l’ex-agent circulait à plus de 100 km/h dans une zone de 50 km/h. Il avait heurté un bambin âgé de cinq ans, qui a perdu la vie lors de l’impact.

En mars dernier, un juge de la Cour du Québec a prononcé une peine d’emprisonnement ferme de huit mois pour conduite dangereuse causant la mort.

Dans la décision de la Commission obtenue par La Presse, on mentionne que M. Ouellet a fait l’objet d’une consultation psychologique.

Selon l’évaluation réalisée, le risque de récidive du détenu est faible.

L’homme dans la trentaine reconnait avoir pris une mauvaise décision dans un contexte de filature et regrette de ne pas avoir écouté son instinct. Il démontre également des remords envers la famille de la victime, explique le document. « En audience, vous faites preuve d’ouverture et de transparence. Vous manifestez de l’empathie face à la famille du jeune. Vous ne justifiez pas vos gestes, vous assumez les choix malheureux qui ont changé la vie de cette famille et votre vie pour toujours. Vous ajoutez que vous êtes une autre personne aujourd’hui, que cet évènement vous a permis de changer positivement. »