Une policière de Longueuil a ouvert le feu à quatre reprises en direction d’un homme de 36 ans qui était « menaçant » et armé, mardi à Longueuil, dans le quartier LeMoyne. Le suspect, qui tenait des couteaux, aurait blessé d’autres personnes avant d’être maîtrisé. Le dossier est traité comme une « dispute familiale ».

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

C’est à l’heure du midi que le Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL) rapporte avoir d’abord été appelé à se rendre dans la rue Saint-Louis, non loin de l’intersection avec la rue Bernard-Darche, après avoir reçu des appels au 911.

Une fois sur les lieux, les agents ont rapidement constaté que le suspect s’en prenait à un autre homme à l’extérieur du bâtiment résidentiel de type duplex. Il avait en sa possession de longs couteaux et agissait de façon « menaçante », a indiqué la police de Longueuil. Selon celle-ci, l’état psychologique de l’homme au moment des faits sera « fortement considéré » dans l’enquête qui a été ouverte.

Selon nos informations, tout a commencé lorsque le suspect aurait perdu les pédales lors d’une chicane au sujet de la garde de son enfant. Il aurait alors saisi deux couteaux et menacé une première personne. Un jeune homme a alors tenté de s’interposer, mais il aurait été mordu à la joue par le suspect. La conjointe de celui-ci est alors sorti de l’appartement avec son enfant, suivi par l’homme qui était toujours armé.

Les évènements filmés

Dans une vidéo mise en ligne par un résidant du secteur, on peut apercevoir l’homme, qui était torse nu, en train de s’en prendre à un autre homme. Peu après, une policière s’approche alors de lui, puis le suspect fait demi-tour et se dirige droit vers l’agente. C’est à ce moment que celle-ci tire en sa direction, à quatre reprises, sans toutefois l’atteindre.

Selon le récit du porte-parole du SPAL, le sergent Ghyslain Vallières, le suspect de 36 ans a « foncé de façon agressive vers une de [ses] policières, qui n’a eu d’autre alternative que de faire feu ».

Au total, quatre personnes ont été transportées dans un centre hospitalier, dont certaines pour traiter un choc nerveux, mais on ne craindrait pas pour leur vie. On ignore qui exactement a été blessé, mais il s’agirait d’un « contexte familial », impliquant « un conjoint et une conjointe », a souligné la police. Les enfants qui étaient présents ont été pris en charge et des équipes psychosociales ont été demandées sur les lieux.

Au passage de La Presse, mardi, des curieux qui résident dans le secteur s’entassaient autour du périmètre policier. « C’est sûr que ça m’inquiète. On ne veut pas voir ça dans notre quartier », a résumé l’un d’eux, en soutenant que la pandémie créait « beaucoup d’instabilité » dans la société actuellement.

La mairesse de Longueuil, Sylvie Parent, a aussi réagi dans une courte déclaration mardi soir. « Je suis soulagée du dénouement de cette intervention qui aurait pu être plus que dramatique et de savoir qu’aucune personne n’a été gravement blessée. Pour la suite des choses, nous laisserons les policiers faire la lumière sur les circonstances de cette histoire », a-t-elle avancé.

L’homme arrêté

L’homme dans la trentaine a été arrêté sur les lieux, avant d’être lui aussi examiné par des équipes médicales. A priori, il devrait faire face à des accusations d’agression armée. « D’autres chefs pourraient toutefois s’ajouter à cela », a précisé le sergent Ghyslain Vallières.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

En après-midi, les autorités s’étaient d’abord limitées à dire qu’un individu était « possiblement armé », en qualifiant toutefois l’affaire « d’évènement d’envergure ». « Nous avons reçu un appel suite à une chicane de famille, donc rapidement, on a envoyé des policiers sur place. Ça fait suite à une information qu’on avait comme quoi il y avait un individu possiblement armé », avait alors soutenu M. Vallières.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Un important périmètre de sécurité a été installé rue Saint-Louis, dans le secteur où les policiers ont été appelés à se rendre. Des dizaines de patrouilleurs se sont rendus sur place. Ils devaient quitter la scène progressivement au courant de la soirée. L’enquête se poursuivra toutefois dans les prochains jours afin de faire toute la lumière sur cette affaire.

Sur Twitter, le corps policier avait invité les citoyens à éviter le secteur autant que possible. « Les automobilistes qui utilisent le pont Victoria pour se diriger ensuite vers Saint-Lambert sont invités à utiliser un autre trajet afin d’éviter d’éventuelles congestions dans le secteur », a-t-on soutenu.

En plus d’un poste de commandement mobile, des autobus du Réseau de transport de Longueuil ont été dépêchés sur les lieux. Des témoins y ont été interrogés par les enquêteurs.

Avec Daniel Renaud, La Presse