(Vancouver) Un homme âgé de 28 ans a été accusé de meurtre au deuxième degré à la suite de l’attaque au couteau qui a coûté samedi la vie à une femme, en plus de blesser six personnes, à North Vancouver, en Colombie-Britannique.

Brenna Owen
La Presse Canadienne

L’Équipe intégrée des enquêtes sur les homicides a indiqué que Yannick Bandaogo est détenu après avoir subi une opération chirurgicale. Il s’était infligé des blessures avant d’être arrêté.

Les autorités n’ont pas révélé l’identité de la victime, se contentant de dire qu’elle était dans la vingtaine.

La vie des six blessés n’est pas en danger. La sévérité des blessures varie selon chaque cas.

Les enquêteurs cherchent à déterminer si Bandaogo avait des liens avec ses victimes.

« Ses antécédents, son historique en Colombie-Britannique et sa relation avec les victimes, le cas échéant, sont encore en cours de détermination », a déclaré le sergent Frank Jang, de l’Équipe intégrée d’enquête sur les homicides, dans un communiqué publié dimanche.

Les enquêteurs l’EIEH recueillent les déclarations des témoins et effectuent une vaste recherche d’enregistrements vidéo dans la région, a ajouté l’officier. « Aujourd’hui, la priorité de la GRC en Colombie-Britannique est accordée aux victimes et à leurs familles, ainsi qu’aux premiers intervenants qui se sont rendus sur les lieux », souligne-t-il.

PHOTO JENNIFER GAUTHIER, REUTERS

Des enquêteurs sur les lieux de la tragédie.

« Nous partageons le chagrin et l’indignation de la communauté, a déclaré le surintendant Ghalib Bhayani, du détachement de la GRC de North Vancouver. La bibliothèque de Lynn Valley est un endroit paisible, un endroit où les résidents de notre collectivité viennent apprendre et où nos enfants viennent explorer. La GRC s’engage à assurer votre sécurité. »

Un témoin bon Samaritain

Un témoin a raconté dimanche que plusieurs personnes avaient porté secours aux victimes d’un assaillant avant l’arrivée des premiers intervenants.

Darren Hailes et des amis étaient assis à la terrasse d’un café situé à proximité de la bibliothèque sans se douter de ce qui s’y déroulait.

« Nous n’étions pas au courant des violences qui venaient de se produire parce que le quartier avait l’air si calme, » a-t-il dit lors d’une entrevue.

Quelqu’un s’est approché pour lui demander s’il avait suivi une formation en secourisme afin de venir en aide aux blessés à l’intérieur de la bibliothèque. M. Hailes s’est levé de table.

« J’ai vu des gens courir et sortir du café en apportant des serviettes et des linges pour arrêter les saignements. Quelqu’un avait obtenu une trousse de premiers soins. »

Selon lui, environ une minute s’est écoulée entre le départ de l’assaillant et sa propre arrivée dans le hall de la bibliothèque.

« Le passage du temps est assez flou dans mon esprit, mais je n’ai pas tardé à voir un camion de pompiers s’arrêter devant la bibliothèque. La police est arrivée, puis les ambulanciers sont arrivés, a-t-il relaté. Ils ont trié immédiatement toutes les victimes. »

M. Hailes a dit avoir parlé plus tard à un homme qui avait tenté de détourner l’attention de l’agresseur autour de la bibliothèque.

« Réalisant qu’il n’allait pas être en mesure d’intervenir et d’arrêter à lui seul un homme armé d’un couteau, il a immédiatement commencé à reculer et à appeler l’attaquant. »

L’homme a reculé jusque dans l’entrée de la bibliothèque. Il était là lorsque la police a arrêté le suspect, a déclaré le témoin.