Un incendie survenu dans un restaurant de la Petite-Italie a forcé l’ouverture d’une enquête criminelle, mardi soir, après que des « traces d’un produit accélérant » eurent été découvertes sur les lieux.

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

D’après les informations du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), dont le Module des incendies criminels mènera l’investigation dans cette affaire, l’appel initial pour une intervention a été fait au 911 vers 21 h 15.

Les flammes auraient toutefois été « rapidement maîtrisées », empêchant le feu de se propager et de causer des dommages plus importants à la structure du bâtiment. Ce dernier est situé au coin des rues Saint-Denis et Jean-Talon, dans l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie. On n’y déplore que des bris matériels « d’ordre mineur ».

Une porte-parole du SPVM, Véronique Comtois, a rapporté en soirée que les pompiers du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM) « ont identifié des traces d’accélérant » lors de leur intervention.

« L’expertise pourra déterminer exactement de quoi il s’agit, mais on parle d’une matière qui a été trouvée sur place et qui aurait probablement accéléré le feu », a-t-elle indiqué, précisant que les enquêteurs pourront aussi faire la lumière sur les circonstances exactes et les implications entourant cet évènement au courant des prochains jours.

Précisons qu’aucune personne n’a été arrêtée et que la police ne détient pour le moment aucun suspect dans cette affaire.