Des enquêteurs de l’Unité des crimes majeurs du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ont déployé samedi un poste de commandement dans Parc-Extension, afin de récolter davantage d’informations sur le suspect Mamadi III Fara Camara, accusé de tentative de meurtre et soupçonné d’avoir désarmé un agent montréalais plus tôt cette semaine.

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

Le poste de commandement s’est stationné au coin de l’avenue Bloomfield et du boulevard Crémazie, aux alentours de 10 h. Il pourrait y demeurer pour une bonne partie de la journée de samedi, voire du week-end.

« On invite vraiment toute personne détenant des informations complémentaires à venir rencontrer nos enquêteurs. Il n’y a pas de petite information. Tous les renseignements sont importants dans cette affaire », a insisté le porte-parole du SPVM, Raphaël Bergeron.

L’agent Bergeron précise que les enquêteurs effectueront samedi beaucoup de porte-à-porte « dans le secteur où l’évènement s’est déroulé et où on pense que le suspect se serait promené », afin recueillir les témoignages de témoins éventuels notamment.

Âgé de 31 ans, Mamadi III Fara Camara a été accusé vendredi de tentative de meurtre avec une arme à feu. Il risque une très lourde peine de prison. Au total, l’homme fait face à quatre chefs d’accusation, dont ceux de voies de fait graves contre un agent de la paix, d’avoir désarmé un agent de la paix et d’avoir déchargé une arme à feu dans l’intention de blesser une personne ou de mettre sa vie en danger.

Cela dit, l’accusation la plus sévère demeure d’avoir tenté de causer la mort du policier Sanjay Vig en déchargeant une arme à feu prohibée. Rappelons que la peine minimale est de cinq ans pour ce crime, alors que la peine maximale est la prison à perpétuité.

Vêtu d’une combinaison carcérale, l’accusé a comparu par visioconférence vendredi après-midi au palais de justice de Montréal. Il restera détenu jusqu’à nouvel ordre, puisque la Couronne s’oppose à sa remise en liberté afin de protéger le public. Un retour en Cour est prévu lundi.

L’agent Vig, qui aurait été frappé par le suspect avec une barre ou un bâton en métal, a obtenu son congé de l’hôpital un peu plus tôt.