Les recherches de la Sûreté du Québec (SQ) ont repris mercredi matin à Saint-Placide pour localiser deux jeunes pêcheurs de 22 ans disparus depuis le 14 novembre dans le secteur du lac des Deux Montagnes. Des proches ont apporté de nouvelles informations jugées pertinentes dans cette affaire.

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

Des fouilles ont aussi eu lieu mardi dans les environs, sans succès. C'est « à la suite de nouveaux éléments qui ont été signalés par des bénévoles qui avaient continué leurs recherches » que les recherches ont repris, a indiqué le sergent du corps policier, Marc Tessier. « Jusqu’à maintenant, nos efforts n'ont malheureusement rien donné », a-t-il ajouté.

Ce sont des proches des disparus qui ont fourni de nouveaux éléments à la SQ. N’ayant jamais arrêté les recherches, ils avaient en leur possession un « sonar personnel », soit un appareil permettant de détecter et de situer des objets sous l’eau, en précisant leur direction et leur distance.

Ils ont possiblement détecté quelque chose, donc de notre côté, on fait des vérifications. Les recherches d’aujourd’hui iront en ce sens-là.

Marc Tessier, sergent de la SQ, qui souligne que les plongeurs seront accompagnés d’agents avec une embarcation nautique et de patrouilleurs.

Mercredi, au passage de La Presse, des embarcations de la SQ étaient déjà à l'oeuvre sur le lac, principalement autour du quai de la rue de l'Église. Des effectifs ont aussi été déployés sur les lieux pour encadrer la seconde phase de recherches, qui a commencé vers 8 h 30. Rappelons que les fouilles policières avaient été interrompues le 25 novembre dernier en raison du manque de développements.

« La sortie de trop »

Dylan Auger et Antoine Paquin, 22 ans, sont introuvables depuis la mi-novembre. Le duo avait voulu effectuer une dernière sortie sur le lac avant de remiser la chaloupe pour l’hiver, mais la météo est venue gâcher leur ultime partie de pêche.

« C’est horrible, cette histoire. On espère vraiment qu’ils trouveront quelque chose avant l’hiver », a lancé une résidante du secteur qui était venue assister aux recherches en cours, mercredi.

Les deux jeunes hommes sont amis depuis leur première année de secondaire à l’école Armand-Corbeil de Terrebonne, où ils jouaient au football ensemble dans le programme sport-études. Antoine travaillait maintenant pour son père dans le domaine de la construction, et Dylan était sur le point d’obtenir son diplôme en soins infirmiers.

« Ce n’est pas une histoire de drogue ou d’alcool… Ils tripaient sur la pêche. Ils étaient venus la semaine dernière et avec le changement de météo, ç’a été la sortie de trop », a expliqué il y a deux semaines le beau-père de Dylan, Éric Labrecque. « Au début de la journée, c’était super calme, mais le vent s’est levé d’un coup. Ils ont été surpris par le changement de météo. Ils ont voulu revenir », a-t-il ajouté.

Guillaume Laroche, le meilleur ami des deux disparus, a aussi témoigné de l’importance qu’avait la pêche dans leur vie, une activité qu’ils pratiquaient à chaque semaine. « C’était notre passion, c’était notre activité de COVID. On allait là pour avoir du plaisir, et jamais je n’aurais pu penser que quelque chose comme ça arrive », a-t-il raconté.