(Montréal) Un conflit entre deux gangs serait à l’origine de la série de tentatives de meurtre et de coups de feu survenus en peu de temps dimanche soir à Montréal-Nord et à Rivière-des-Prairies. Les évènements ont fait au moins trois blessés, dont un homme de 58 ans qui pourrait être une innocente victime dans toute cette affaire.

Daniel Renaud Daniel Renaud
La Presse

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Selon nos informations, tous ces évènements auraient le même fil conducteur et seraient liés à un conflit entre deux gangs de rue d’allégeance rouge, dont les Profits Boyz, qui seraient aussi appelés les Profits Kollectaz.

Un individu lié à l’un des deux gangs a été visé le premier en fin d’après-midi dimanche, et les trois autres évènements qui ont suivi seraient des répliques à cette première tentative de meurtre, selon nos informations.

Certaines des victimes des évènements sont connues des policiers et ont des antécédents de trafic de stupéfiants, possession d’armes, vols qualifiés et autres crimes de violence.

Des tirs ont d’abord été entendus à Montréal-Nord peu après 17 h 30 au coin de l’avenue Lapierre et de la rue Pascal. À l’arrivée des policiers, aucune victime n’est localisée malgré des traces d’impacts de projectiles sur deux voitures. Des douilles ont également été retrouvées sur la rue Pascal.

Un homme dans la vingtaine atteint par balle s’est présenté à l’hôpital peu après. Il a dû subir une chirurgie d’urgence pour des blessures sérieuses, a précisé l’agent Raphaël Bergeron, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Inquiétudes à Rivière-des-Prairies

Aux alentours de 21 h 35, un homme de 58 ans a été atteint par balle en sortant de sa voiture stationnée devant sa maison. Le tireur se trouvait alors dans un véhicule immobilisé devant la résidence, sur la 63e Avenue, non loin du boulevard Perras à Rivière-des-Prairies.

« On ignore pourquoi elle [la victime] aurait été la cible de coups de feu », a expliqué l’agent Raphaël Bergeron.

La police est toujours en attente d’un bilan de santé. La victime était incapable de bouger ses jambes et le tireur a pris la fuite.

De son balcon, Alexandra Ruel a aperçu le blessé dimanche soir au milieu de son stationnement privé, entouré de voisins affolés. « Autant de fusillades en une soirée dans le secteur c'est anormal. C'était la première fois que j'entendais des coups de feu et je souhaite que ce soit la dernière », s'inquiète la jeune femme.

Quelques minutes plus tard toujours à Rivière-des-Prairies, un suspect a tiré vers un conducteur dans le stationnement d’un HLM, vers 21 h 40. Le chauffeur a quitté les lieux, mais on ignore s’il a été blessé puisqu’il ne s’est pas présenté aux autorités.

Les bruits de « feux d'artifice » ont fait sursauter plusieurs occupants de l'édifice de l'avenue Jean-Rainaud. Deux mères de famille ont confié à La Presse avoir eu peur pour leurs enfants, qui sont allés se cacher dans le sous-sol et la salle de bain.

« C'était comme des feux d'artifice. Les enfants se sont mis à crier et je leur ai dit de ne pas regarder par la fenêtre », raconte Ana Perez, mère de cinq enfants.

« Ça nous a fait peur. On a vu de la fenêtre une voiture criblée de balles. C'est très inquiétant », explique une autre mère de famille, qui a requis l'anonymat. « Il faut plus de policiers dans le coin pour prévenir ça. Ma fille de 19 ans va souvent visiter sa grand-mère et elle revient à pied tard le soir, elle aurait pu être touchée. »

Sur place, La Presse a constaté des crevaisons de pneus causées par des balles perdues sur deux véhicules.

L'un des propriétaires de la voiture au pneu troué affichait un air blasé. « Il y a des familles ici, des enfants qui sortent le soir. C'est fréquent dans le secteur, mais pas ici en plein stationnement. »

Un autre évènement est survenu dans la même soirée à 22 h 30, soit près d’une heure plus tard. Un homme dans la vingtaine a été blessé par balle au haut et bas du corps sur le balcon de son appartement à l’angle du boulevard Armand-Bombardier et de l’avenue Jean-Vincent, toujours à Rivière-des-Prairies. On ne craint pas pour sa vie.

Plus de policiers

Pour rassurer la population, la mairesse de l'arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, Caroline Bourgeois, a promis une augmentation de la présence policière dans le secteur.

« Je suis préoccupée par ce qui s’est passé hier soir, et malheureusement, ce n’est pas la première fois depuis les dernières semaines, depuis la période estivale », a réagi la mairesse de l'arrondissement, Caroline Bourgeois.

« Dès ce soir [lundi], il y aura une visibilité accrue de la part du service de police, il y a du porte-à-porte qui est mené, des rencontres avec les citoyens. Il y a aussi des organismes communautaires qui travaillent avec la population, à certains endroits on travaille pour augmenter l’éclairage et assurer la présence policière, pour que les gens sentent qu’on travaille tous ensemble. »

Le SPVM accroîtra sa présence dans le nord-est de Montréal à la suite des quatre évènements de dimanche, confirme le corps policier dans un communiqué. « Des policiers issus de différentes unités seront ainsi plus visibles sur le terrain pour rassurer la population pendant que d’autres mènent des enquêtes prioritaires afin d’identifier les responsables. »

– Avec Isabelle Ducas, La Presse