Un jeune homme a été accusé vendredi d’avoir poignardé à mort un Montréalais de 87 ans la fin de semaine dernière dans l’arrondissement d’Anjou. Yoan Pauzé se serait faussement présenté comme un policier pour commettre son crime. Il venait d’être remis en liberté malgré de graves accusations reliées aux armes à feu.

Louis-Samuel Perron Louis-Samuel Perron
La Presse

Le Lavallois de 19 ans a comparu par visioconférence vendredi matin au palais de justice de Montréal pour faire face à une accusation de meurtre au second degré. Plusieurs proches de la victime ont assisté à la brève audience, mais ont refusé de s’adresser aux médias.

Vendredi soir dernier, Yoan Pauzé serait entré par effraction dans le domicile de Normand Paradis sur le boulevard Joseph-Renaud. Dans des circonstances toujours inconnues, il aurait poignardé l’homme de 87 ans. Ce dernier est mort le lendemain à l’hôpital.

PHOTO TIRÉE DU SITE DE MEMORIA

Normand Paradis

Le jeune homme a été arrêté près du lieu de l’agression et a été accusé dimanche d’introduction par effraction, de s’être présenté faussement comme un agent de la paix et de méfait à l’égard d’un véhicule.

Malgré son jeune âge, Yoan Pauzé a déjà accumulé une dizaine de dossiers criminels en 2020. Il a écopé de cinq mois et vingt jours de prison et d’une probation de trois ans en mai dernier à Sorel-Tracy pour une affaire d’introduction par effraction.

Puis, le 9 septembre dernier, il a été accusé à Laval de port d’arme dans un dessein dangereux et de port d’une arme dissimulée. Même s’il faisait alors l’objet d’une probation, il a réussi à obtenir sa remise en liberté grâce à un engagement sans dépôt de 500 $, selon le plumitif.

Compte tenu de la gravité de l’accusation, Yoan Pauzé demeure détenu pour le reste du processus judiciaire, à moins qu’il dépose une requête pour obtenir sa remise en liberté. Il risque la prison à vie pour le meurtre de M. Paradis.

MAnne-André Charrette représente le ministère public dans ce dossier, alors que l’accusé est défendu par MMarie-Lyne Tremblay.

— Avec Daniel Renaud, La Presse