Une septuagénaire reposait dans un état critique, dimanche, après être entrée en collision avec un autre véhicule à Rimouski, dans le Bas-Saint-Laurent. Les autorités policières ont ouvert une enquête, mais affirment que tout porte à croire qu’il s’agirait d’un malaise au volant.

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

Selon la Sûreté du Québec (SQ), l’incident est survenu aux alentours de 10 h 30, sur la route 232, à la hauteur du boulevard Arthur-Buies, non loin des berges du fleuve Saint-Laurent.

« La dame circulait en direction ouest et elle aurait franchi les 4 voies des deux directions pour se retrouver à l’extrême droite, en direction est. Un VUS qui passait par là a alors tenté de l’éviter, mais il y a eu un léger impact », résume la sergente Audrey-Anne Bilodeau.

Heureusement, les deux véhicules impliqués respectaient les limites de vitesse et roulaient plutôt lentement, ce qui a minimisé la force de la collision. La preuve : les coussins gonflables n’ont pas été déployés dans l’une ou l’autre des voitures au moment des faits.

Si les quatre occupants d’une famille qui prenaient place dans le VUS n’ont pas été blessés, la femme d’environ 70 ans reposait toutefois dans un état « instable » en fin de journée. Comme elle n’a toutefois aucune blessure physique « apparente », les enquêteurs affirment que la thèse du malaise est la plus probable, car elle expliquerait à elle seule la cause de l’accident.

« On n’a quand même pas pris de chances. Nos enquêteurs en collision se sont rendus sur place pour analyser la scène, et s’assurer qu’il n’y aurait pas un autre élément ayant causé la perte de contrôle », a précisé Mme Bilodeau.

La route 232 a été fermée par le ministère des Transports du Québec (MTQ) pendant quelques heures, avant d’être rouverte en alternance peu avant 14 h. Après que le véhicule de la femme ait été remorqué, la circulation a finalement repris à son rythme normal vers 15 h.