(Québec) Sylvain Proulx, un retraité de la municipalité de Chambord au Lac-Saint-Jean, est accusé d’avoir « proféré une menace de causer la mort ou des lésions corporelles » au premier ministre du Québec, François Legault. L’homme de 65 ans comparaîtra au palais de justice de Roberval le 9 novembre prochain.

Hugo Pilon-Larose
Hugo Pilon-Larose La Presse

Un peu plus tôt ce mois-ci, M. Proulx avait été rencontré par les enquêteurs de la Sûreté du Québec (SQ) après qu’il eut écrit sur Facebook que M. Legault « payerait de sa vie » pour avoir imposé le port du masque dans les lieux intérieurs publics du Québec.

En entrevue avec La Presse, M. Proulx avait affirmé qu’il regrettait avoir tenu ces propos. « Je n’ai jamais eu l’intention de faire du mal au premier ministre », avait-il déclaré.

« Je voulais parler de sa vie politique. Ce n’était pas violent, j’ai écrit ça sous l’impulsion », avait également affirmé M. Proulx.

Entre mars et septembre 2019, la SQ a reçu 53 signalements pour des propos menaçants visant des élus de l’Assemblée nationale. Sur cette même période de temps pendant la pandémie, en 2020, elle en a reçu 300, a affirmé il y a quelques jours sur Twitter l’inspecteur-chef Guy Lapointe de la Sûreté du Québec.

« Pensez aux conséquences avant d’appuyer sur "enter" », avait-il ajouté.