Le procès criminel du père et de la belle-mère de la fillette de Granby, morte dans des circonstances troublantes, n’aura pas lieu dans cette ville, mais bien à Trois-Rivières.

Stéphanie Marin
La Presse Canadienne

Le juge Charles Ouellet, de la Cour supérieure de Granby, a accordé une requête présentée afin que le procès ait lieu dans un autre district judiciaire.

Une ordonnance de non-publication empêche les médias de rapporter pourquoi cette demande a été faite et les arguments qui ont été plaidés devant le magistrat.

La suite des procédures aura lieu le 2 novembre devant le juge Raymond Pronovost. La date du procès pourrait alors être déterminée.

La fillette de 8 ans est morte en avril 2019. Elle avait auparavant fait l’objet d’un signalement à la DPJ.

Des accusations criminelles ont été portées contre le père et la belle-mère : leur identité ne peut toutefois être révélée.

La belle-mère, âgée de 36 ans, est accusée du meurtre non prémédité de l’enfant et de séquestration. Quant au père, âgé de 31 ans, il fait face à des accusations de négligence ayant causé la mort, d’abandon d’enfant et d’avoir omis de fournir les choses nécessaires à la vie.

La mort de la fillette a secoué le Québec et mené à la création d’une commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse qui scrute le fonctionnement de la DPJ.