Désormais adopté par la majorité de la population, le port du masque continue de susciter quelques tensions, notamment dans les transports en commun montréalais où une altercation entre deux passagers d’un autobus de la STM a rapidement dégénéré vendredi après-midi.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Après avoir été avisé par un chauffeur d’autobus de la STM que le port du masque était obligatoire, un jeune homme a refusé d’obtempérer, priant le conducteur de « continuer à chauffer. »

Un passager muni d’un masque assis à proximité a reproché au jeune homme d’être entré sans masque et avec une bière à la main. Ce dernier a automatiquement levé le ton.

Le tout a donné lieu à une altercation filmée par un occupant du bus. L’homme a déposé sa boisson avant d’attaquer le passager masqué en lui disant de se mêler de ses affaires.

On voit alors les autres passagers s’éloigner rapidement.

La STM a confirmé samedi par courriel que l’évènement était survenu vendredi à 16h40. L'attaque eu lieu sur la ligne d’autobus 48, qui circule au nord de l’île de Montréal. Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a été appelé en renfort lorsque l’altercation a dégénéré en bagarre, détaille-t-on.

« Cette vidéo a été portée à notre attention aujourd’hui. Bien évidemment, nous condamnons ce comportement qui est inacceptable et déplorons cet incident », a écrit Isabelle-Alice Tremblay, responsable des affaires publiques pour la société de transports.

« Le chauffeur a contacté le 911 et le SPVM a pris l’incident en charge. Il s’agit d’un cas isolé à notre connaissance mais un cas est toujours un cas de trop », poursuit-elle.

Le SPVM n’était pas en mesure de confirmer les détails de l’évènement samedi soir.

Le couvre-visage adopté

Le port du masque est obligatoire dans les transports collectifs depuis le 13 juillet.

« Avec 68 stations de métro, des centaines d’édicules et plus de 1200 bus en circulation en pointe, nos équipes ne peuvent interdire l’accès aux installations ou aux véhicules, mais s’assureront de sensibiliser les clients à l’importance du respect de cette mesure », ajoute Mme Tremblay.

Des messages sont diffusés dans le métro et des consignes préenregistrées peuvent également être diffusées sur demande dans le bus si le chauffeur constate que certains passagers refusent d’obtempérer.

En date du 22 juillet, 95 % des utilisateurs du réseau de transport ont adopté le couvre-visage, rapporte la STM.

Une hausse par rapport à la semaine du 13 juillet, où le pourcentage du port du couvre-visage était en moyenne de 86 %.

Quelques jours avant l’inauguration de la nouvelle consigne, 60 % de la clientèle était masquée durant ses déplacements en bus ou en métro.

Le réseau de transport souhaite faciliter le respect du décret par ses clients, mais n’adoptera pas une approche coercitive pour son application, rappelle Mme Tremblay. « La forte augmentation de port du couvre-visage observée dans les dernières semaines tend à confirmer que cette stratégie fonctionne. »