(Saint-Apollinaire) Une septième journée de recherches a été amorcée mercredi au sud-ouest de Québec pour retrouver Martin Carpentier, un homme de 44 ans considéré comme étant le principal suspect dans la mort de deux jeunes filles.

La Presse canadienne

Les fouilles effectuées jour et nuit dans une forêt dense de Saint-Apollinaire, près de Lévis, ont jusque-là été vaines.

La Sûreté du Québec (SQ) a annoncé mardi soir qu’afin de ne pas nuire aux opérations, elle ne communiquerait dorénavant que de nouvelles informations sur cette chasse à l’homme qui mobilise plusieurs dizaines de ses policiers. Une porte-parole de la SQ, Hélène Nepton, a pour sa part annoncé que les autorités procédaient à une évaluation de l’opération qui pourrait être réorganisée.

Mercredi matin, un important mouvement de policiers a été vu à Lévis, mais selon ce qu’ont affirmé des reporters présents sur les lieux, ce n’est pas Martin Carpentier qui a été trouvé.

Mardi, des fouilles diurnes ont été réalisées dans un périmètre élargi de 50 kilomètres, incluant l’endroit où les cadavres de Romy et Norah Carpentier, âgées respectivement de 6 et 11 ans, ont été trouvés samedi dernier. Des objets qualifiés d’éléments d’intérêt pour l’enquête criminelle ont aussi été trouvés dans ce secteur situé près des rangs Saint-Lazare et Bois-Joly. Ils ont été soumis à l’analyse du Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale, à Montréal.

Les autopsies pratiquées sur les corps des deux victimes sont terminées, mais la Sûreté du Québec refuse de révéler les causes des décès tant que ses policiers n’auront pas localisé et interrogé le suspect.

La longue cavale de Martin Carpentier a débuté mercredi soir dernier. Il a eu un accident de la circulation sur l’autoroute 20, près de Saint-Apollinaire et a fui la scène.

La SQ croit que ses deux filles l’accompagnaient dans l’automobile ce soir-là.

L’alerte Amber qui a été lancée le lendemain a été levée samedi lors de la découverte des cadavres des deux enfants.