Un camionneur montréalais a été arrêté jeudi pour son rôle dans le carambolage survenu en août 2019 sur l’autoroute 440 à Laval, où quatre personnes sont mortes.

Philippe Teisceira-Lessard Philippe Teisceira-Lessard
La Presse

Jagmeet Grewal sera accusé de conduite dangereuse causant la mort au palais de justice de Laval.

L’après-midi du 5 août 2019, il était au volant d’un long camion qui a embouti une première voiture forcée de ralentir, créant une réaction en chaîne. Jagmeet Grewal n’aurait pas tenté de freiner avant la collision. La violence de l’impact avait déclenché un impressionnant incendie.

La Sûreté du Québec décrit M. Grewal comme « le conducteur du véhicule lourd à l’origine de cette collision », a indiqué le porte-parole Stéphane Tremblay. L’homme de « 54 ans de Montréal a été arrêté à son domicile ».

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Gilles Marsolais, 54 ans, et de Michèle Bernier, 48 ans, d’ex-policiers du Service de police de la Ville de Montréal, font partie des victimes. Sylvain Pouliot, 55 ans, et Robert Tanguay-Laplante, 26 ans, sont aussi morts dans l’accident.

En plus de ces 4 morts, 15 autres personnes ont été blessées dans le carambolage. M. Grewal sera d’ailleurs aussi accusé de conduite dangereuse causant des lésions.

Dans les jours ayant suivi l’accident, la thèse de la distraction du chauffeur avait été évoquée. Le Journal de Montréal avait ensuite obtenu des documents judiciaires indiquant que la police soupçonnait le camionneur d’avoir été distrait et d’avoir enlevé ses mains du volant dans les cinq secondes avant l’accident. Les enquêteurs de la Sûreté du Québec en étaient venus à cette conclusion après avoir visionné les images tournées par une caméra embarquée dans une voiture située à proximité.

Patrick Plamondon a aussi assisté à la collision.

« On entendait une série d’explosions. Les pneus qui éclataient, sûrement les réservoirs à essence qui explosaient. Il devait faire 700-800 degrés, avait-il ensuite dit à La Presse. J’ai vu le camion venir de travers. Il était à droite et moi, à gauche. Sa remorque a tassé et ça a fait une réaction en chaîne. Quand ça a pété, ça a pété solide ! Ça a sauté drette en avant de moi, j’ai reçu des débris sur mon camion. »

L’infraction de conduite dangereuse causant la mort est assortie d’une peine maximale de 14 ans.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE