Plusieurs événements violents survenus ces derniers mois à Laval pourrait avoir comme trame de fond un conflit entre gangs de rue, ou du moins, une dispute entre individus dont certains feraient partie d’un gang.

Daniel Renaud Daniel Renaud
La Presse

« Oui, dans quelques-uns des événements, il y a des individus qui sont reliés gangs de rue. On ne peut pas l’exclure », affirme l’agente Evelyne Boudreau de la police de Laval. Au cours des derniers mois, une demi-douzaine d’événements violents sont survenus à Laval, dont certains très rapprochés, dans un secteur limité, ce qui pourrait se traduire par un conflit entre individus liés à des gangs, une situation rarement vécue sur l’île Jésus. Le dernier événement en lice est l’interception, par la police, d’un véhicule avec trois individus à bord, vers 22 h 15 mercredi soir, à l’angle de la rue Robert-Élie et du boulevard Laval, dans le quartier Laval-des-Rapides.

Au cours des deux jours précédents, deux autres événements avec coups de feu sont survenus dans ce secteur et mercredi soir, les patrouilleurs ont appréhendé un autre acte de violence et intercepté ce véhicule qu’ils jugeaient suspect. Ils ont visiblement eu de l’intuition puisque lorsque le véhicule s’est immobilisé, un des occupants a pris la poudre d’escampette en abandonnant une arme de poing dans sa fuite. Même si les policiers ont établi un périmètre et appelé un maître-chien, l’individu n’a pas été retrouvé.

Les deux autres occupants de la voiture ont été arrêtés et une autre arme de poing a été retrouvée en leur possession. Cette interception quelque peu mouvementée a provoqué un certain émoi chez les résidents du quartier. Vers 22 h la veille, des appels pour des détonations à l’angle de Concorde est et du boulevard des Laurentides ont été effectués au 911 et lorsque les policiers sont arrivés sur les lieux, ils n’ont trouvé ni trace, ni douille, ni suspect. Lundi, c’est un homme de 25 ans connu des policiers qui a été blessé par balles alors qu’il se trouvait à bord d’une Mercedes, vers 18 h 30, sur le boulevard Laval. « Les enquêteurs sont en train de vérifier si ces trois événements sont reliés.

Pour le moment, nous n’avons pas de confirmation, mais c’est une possibilité », indique Mme Boudreau. Le 11 août, un jeune homme de 21 ans a été tué par balles sur le boulevard de la Concorde et le 15 septembre, un homme de 20 ans a été blessé par projectile sur l’avenue du Parc. La police n’exclut pas que ces deux autres événements puissent également être reliés aux trois plus récents. « Tout est possible. On est en train de faire des liens. Ce sont des choses que les enquêteurs regardent », ajoute l’agente Boudreau.

Chansons et pistolets


Dans le milieu lavallois, des informations circulent voulant que certains des individus suspects ou victimes dans ces événements fassent partie d’un gang de rue. Certains d’entre eux seraient apparus selon des sources dans des vidéos musicales diffusées sur la chaîne YouTube. Dans l’une de ces vidéos, on voit de jeunes hommes brandir et pointer au moins trois pistolets qui ont l’apparence de vrais. « Le chargeur prend seulement neuf balles, mais j’en ai mis ten (10) J’en ai mis ten, donc j’en ai largué ten, T’entends les sirènes ? J’ai fui comme une hyène, À haute vitesse, sur la métropolitaine », sont les dernières paroles de l’une des chansons des vidéos.

***

Pour joindre Daniel Renaud, composezle (514) 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La Presse.