Des policiers antidrogues ont arrêté hier deux frères jumeaux québécois en République dominicaine, dans une ville réputée pour accueillir de nombreux Hells Angels.

Vincent Larouche et Philippe Teisceira-Lessard LA PRESSE

Yannick et Éric Blanchette, 40 ans, se consacraient au trafic de drogue, selon la version des autorités rapportée dans un média local. Une grande quantité de cocaïne, 17 comprimés d'ecstasy et deux armes à feu ont été saisis dans leur résidence.

Les deux frères ont eu de nombreux démêlés avec la justice dans la région de Québec pendant les années 90. Tous deux ont fait de la prison. Yannick Blanchette a notamment été condamné pour vol qualifié, complot et fraude, alors que son frère a des antécédents d'introduction par effraction, de vol et de méfait.

En plus des armes et de la drogue, les policiers ont mis la main sur un passeport au nom de Jacqueline Pedneault et sur un permis de conduire au nom de William James Miller. Une jeep a aussi été saisie.

«Le chef de la Direction nationale de contrôle des drogues, le général Rolando Rosado Mateo, a ordonné que le dossier des étrangers soit transmis aux autorités diplomatiques et consulaires du Canada, afin qu'elles puissent leur offrir une aide», a rapporté le journal dominicain Listin.

Hier soir, les autorités étaient toujours à la recherche de quatre présumés complices des frères Blanchette. Ils seraient seulement connus par leurs surnoms: «Billy», «Andrés», «Yesica» et «Alberto». La police ne précise pas s'il s'agit également de ressortissants canadiens.

Les deux frères ont vécu plusieurs années à proximité l'un de l'autre dans la petite localité de Sainte-Marguerite, en Beauce. Selon les dossiers de cour, Éric Blanchette y habitait encore en juin dernier lorsqu'il a été arrêté à Lévis pour une infraction mineure au Code de la route.

Le petit centre de villégiature de Cabarete, dans le nord de la République dominicaine, est reconnu depuis longtemps comme un point de chute pour le crime organisé québécois. Les Hells Angels du Québec s'y affichaient ouvertement et y avaient même un «bunker» clairement identifié - la police dominicaine y a fait une perquisition en 2009 lorsque les policiers québécois ont lancé l'opération Sharqc contre le club de motards. Le bunker était situé sur un petit chemin appelé «Calle 81» (rue 81), référence à la huitième et à la première lettre de l'alphabet (HA), qui forment les initiales de l'organisation.

Jusqu'à leur arrestation en 2009, certains motards québécois habitaient presque en permanence à Cabarete. Ils parrainaient un club de motards local affilié à l'organisation mondiale des Hells Angels.

Plus tôt cette semaine, un autre Canadien a été arrêté par la police antidrogue dans une localité située tout près de Cabarete. Douglas James Lord a été arrêté dans sa résidence de Sosúa, où les autorités ont aussi saisi 30 plants de marijuana. Une page Facebook à son nom affirme qu'il est originaire de Winnipeg et qu'il est «semi-retraité».