Un homme qui a gagné 1 million de dollars le 8 octobre dernier à la loterie Banco spécial veut absolument rester anonyme. Invoquant son droit à la vie privée, le gagnant demande à la Cour supérieure de prononcer une injonction afin d'interdire à Loto-Québec de publier son nom et sa photo, comme elle le fait habituellement.

Mis à jour le 23 oct. 2012
CHRISTIANE DESJARDINS LA PRESSE

Dans les documents déposés en Cour supérieure, le résidant de la couronne nord de Montréal raconte qu'il s'est présenté aux bureaux de Loto-Québec pour réclamer son lot deux jours après le tirage qui l'a rendu millionnaire. On lui a fait signer un formulaire et on lui a demandé ses coordonnées, puis on a exigé qu'il soit pris en photo avec le «billet gagnant». L'homme affirme s'être d'abord opposé à la prise de photo, mais un représentant lui aurait alors signalé que c'était «obligatoire». Craignant de perdre son prix, il s'est finalement laissé photographier.

Après la prise de photo, on lui a remis un document destiné aux gagnants et intitulé Ça change pas le monde, sauf que... En le parcourant, il affirme avoir compris que son identité serait dévoilée dans les médias et dans l'internet. Il soutient qu'il n'a jamais acquiescé à ce que la photo soit utilisée à des fins publicitaires. Il dit avoir peur pour sa sécurité et son intégrité si son identité est révélée.

Dans le document qui lui a été remis, la société d'État reconnaît elle-même qu'il peut y avoir une menace, fait-il valoir. En effet, elle donne des conseils de sécurité comme opter pour un numéro de téléphone confidentiel, installer un système de sécurité à sa résidence et planifier un déplacement lorsque la nouvelle sera rendue publique afin d'éviter la sollicitation.

La publicité entourant son prix aurait normalement dû être diffusée à partir d'hier, mais l'homme a obtenu la semaine dernière une injonction interlocutoire provisoire, valide jusqu'au 26 octobre.

La Presse a tenté à trois reprises dans la journée d'hier d'obtenir la position de Loto-Québec à ce sujet. Mais c'était une journée bien occupée pour les dirigeants, nous a-t-on dit. Le mystérieux gagnant d'un lot de 8 millions de dollars avait en effet jusqu'à 16h30 pour réclamer son lot. Et il ne l'a pas fait.

Quoi qu'il en soit, sur le site internet de Loto-Québec, on indique que la Société se réserve le droit de publier le nom, l'adresse et la photographie de tout gagnant. «Cette règle est l'une des conditions de participation au jeu et permet à la Société de faire connaître les gains réalisés par les consommateurs.» C'est une question de transparence, signale-t-on.

Notons que Loto-Québec avait brièvement cessé de publier l'identité des gagnants de gros lots en 2007, après qu'un complot visant à attaquer un couple de gagnants avait été mis au jour. Le couple de LaSalle avait gagné 27 millions de dollars au Lotto 6/49. Cela avait éveillé la cupidité d'un jeune homme de 18 ans, qui avait songé à enlever la femme et l'enfant du gagnant pour forcer ce dernier à lui remettre 10 millions de dollars. En novembre 2007, Scarlott Edwin Mata, soupçonné d'avoir imaginé ce complot, a été condamné à une peine symbolique d'une journée de prison pour tentative de possession d'arme. Il était en attente du statut de réfugié politique et devait ensuite être renvoyé dans son pays natal, le Mexique.

Me Pierre-André Viens, avocat du gagnant du 8 octobre dernier, a invoqué cette affaire pour étayer les appréhensions de son client.