Jean Léandre, 20 ans, a comparu lundi au palais de justice de Longueuil, en lien avec l'agression qui a causé un important déploiement policier à Longueuil, vendredi dernier.

Publié le 16 oct. 2012
David Santerre LA PRESSE

Vers 10h, Léandre, ainsi qu'un ou deux autres complices toujours au large, se serait introduit dans une petite maison de la rue Martin, près du boulevard Marie-Victorin. S'y trouvait un homme de 33 ans, au sous-sol, qui serait un proche des propriétaires de la demeure. Les suspects l'auraient séquestré et auraient cherché de l'argent ou autres biens à voler dans la maison.

Pendant ce temps, un homme de 39 ans et sa conjointe de 36 ans, les résidants de la maison, sont rentrés chez eux. Ils y ont surpris les voleurs et une bagarre a éclaté. La femme, prise de panique, serait sortie de la maison par une fenêtre et se serait blessée à la cheville. Puis l'homme aurait été frappé à coups de crosse d'arme à feu, ce qui lui a causé des blessures à la tête. Mais aucun coup de feu n'a été tiré. 

Les policiers, à leur arrivée sur les lieux, ont mis la main au collet de Léandre. Ne sachant pas alors s'il était victime ou suspect, car il a été légèrement blessé dans la bagarre avec la victime, les limiers ont mis un certain temps à le classer au rang des agresseurs. 

Puisque les témoignages des victimes laissaient présager aux policiers de Longueuil qu'un homme armé se trouvait toujours dans la maison, ils ont érigé un immense périmètre de sécurité, avant d'investir la demeure quatre heures plus tard, n'y trouvant personne.

Léandre a été accusé de vol qualifié, de séquestration, de voies de fait armé, d'introduction par effraction et de bris de condition.

La police n'a pour l'instant pas réussi à établir de lien entre les victimes et leurs agresseurs. On recherche toujours activement le ou les deux complices allégués de Léandre.