La sécurité était adéquate au Métropolis le soir du 4 septembre, a dit Dave Courage, blessé par balle dans l'attentat qui a coûté la vie à son collègue Denis Blanchette.

Publié le 21 sept. 2012
Janie Gosselin LA PRESSE

Lors d'une entrevue accordée à Radio-Canada, il a souligné que «ce n'est pas vrai qu'on pouvait y entrer et en sortir comme dans un moulin». L'homme de 27 ans a précisé que deux agents gardaient la porte à l'arrière du Métropolis. Il a raconté ne pas avoir vu arriver le tireur.

Étendu sur un lit, il a également parlé de ses douleurs physiques. Il a évoqué ses inquiétudes pour l'avenir, notamment les soucis financiers, au moment où sa conjointe est enceinte.

Par ailleurs, le ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron a réagi hier aux entrevues accordées la veille par Richard Henry Bain, accusé d'être l'auteur de l'attentat, à deux stations de radio. Il examinera la question afin, s'il y a lieu, de revoir le droit d'accès des détenus à de telles tribunes.

«Cela me semble être un peu préoccupant. Je vais regarder de quoi il en retourne et aviser en conséquence», a-t-il indiqué lors d'un bref point de presse.

- Avec La Presse Canadienne