Trois jours après la sortie du film L'affaire Dumont, la femme qui a accusé Michel Dumont de viol avant de se rétracter met en doute son innocence.

Mis à jour le 18 sept. 2012
Janie Gosselin LA PRESSE

Sur le plateau de Denis Lévesque, à LCN, Danielle Lechasseur a dit croire aujourd'hui que Michel Dumont est l'auteur d'une agression subie en 1990 à Boisbriand.

Mme Lechasseur a raconté avoir croisé un homme dans un club vidéo quelques années après l'agression. Ce dernier ressemblait à s'y méprendre à M. Dumont, qui avait affirmé avoir un sosie vivant dans la même région. C'est cette rencontre qui a semé un doute dans l'esprit de Mme Lechasseur et l'a poussée à contacter la procureure de la Couronne pour lui dire qu'elle s'était peut-être trompée sur l'identité de son agresseur, dit-elle.

Or, Mme Lechasseur dit avoir appris bien des années plus tard que M. Dumont était en liberté au moment où elle croyait avoir vu son sosie. Mme Lechasseur croit maintenant qu'il n'y avait qu'un homme dans les environs correspondant à la description de son agresseur. Et qu'il s'agirait donc de M. Dumont.

Une erreur judiciaire

Michel Dumont a passé 34 mois derrière les barreaux. Il a été déclaré coupable d'agression sexuelle et condamné à 52 mois de prison en 1991. Il a été libéré en attendant son appel, rejeté en 1994. Il est sorti de prison en 1997 et a été acquitté en 2001, après une nouvelle étude de son cas par la Cour d'appel, à la demande d'une ministre. Il a toujours clamé son innocence et se dit victime d'une erreur judiciaire.

Un film racontant cette période de sa vie a été porté au cinéma par Podz. Dans le film, un psychologue soulève des doutes sur l'agression subie par Mme Lechasseur. Questionnée à ce sujet, elle a affirmé ne pas avoir inventé toute l'histoire.