Un homme de Toronto est accusé d'avoir abattu quatre personnes dans la Ville Reine en l'espace de quelques mois, plongeant des communautés entières dans la peur.

Colin Perkel LA PRESSE CANADIENNE

L'homme de 27 ans, Mark Moore, fait face à 54 chefs d'accusation liés à l'utilisation d'armes à feu, dont quatre de meurtre au premier degré.

La police croit qu'il a aussi été impliqué dans 11 fusillades entre le 1er juin et le 24 novembre 2010.

«Je suis incapable d'expliquer certaines des choses qu'il a faites. J'en suis vraiment incapable», a déclaré le sergent-détective Hank Idsinga, qui a mené l'enquête.

«Si les accusations sont prouvées en cours, c'est un homme maléfique.»

Le sergent-détective et le chef de police Bill Blair ont dit ne pas pouvoir se rappeler une autre occasion où un habitant de la ville a été accusé de quatre meurtres au premier degré.

La même enquête a mené au dépôt d'accusations de trafic d'armes à feu contre trois personnes, alors que trois autres individus feront face à des accusations de trafic de stupéfiants.

Les forces de l'ordre sont maintenant à la recherche de personnes qui pourraient avoir aidé Moore à commettre ces présumés crimes, a affirmé le sergent-détective Hank Idsinga. Le policier a encouragé ces individus à se dénoncer rapidement, ajoutant que toute personne trouvée en possession d'une arme à feu utilisée dans les présumés meurtres ferait face à de graves accusations.

Moore est soupçonné d'avoir assassiné Jahmeel Spence, Courthney Facey, Mike James et Carl Cole.

Les meurtres, commis au cours d'une période de 75 jours, ont débuté en septembre 2010, lorsque M. Spence, âgé de 27 ans, a été abattu dans une allée dans ce que la police a qualifié de «cas de méprise sur une identité».

Deux semaines plus tard, Courthney Facey, âgé de 18 ans et Mike James, âgé de 23, étaient eux aussi tués par balle dans une allée.

La police a parlé d'eux comme des «victimes innocentes» qui n'étaient pas impliquées dans le milieu criminel.

Carl Cole, de son côté, aurait été abattu en novembre à la suite d'une dispute avec l'accusé.

Les policiers affirment que le réseau de trafic d'armes à feu a fourni des armes à Moore.

En plus des quatre assassinats, la police soupçonne Moore d'avoir déclenché trois fusillades au volant de son véhicule, d'avoir perpétré un vol à main armée au cours duquel un employé d'une bijouterie a été blessé par balles au bras et à la jambe et d'avoir participé à deux fusillades dans une cour d'école.

Pour le chef Bill Blair, la violence libérée par une seule personne peut avoir un impact incroyablement négatif sur la communauté.

Moore, qui n'en est pas à ses premiers accrochages avec la police, est en prison depuis mars en lien avec une fusillade survenue dans une boîte de nuit.