Femme sans scrupules et attirée par l'argent, Amanda Rodrigues a fait en sorte qu'Arturo Gatti s'éloigne de sa famille et de ses amis. Elle a aussi fait mille misères au boxeur et l'a manipulé pour qu'il change son testament à son seul avantage à elle.

Christiane Desjardins LA PRESSE

C'est ce qui se dégage de la plaidoirie que l'avocat de la famille Gatti, Me Carmine Mercadante, a rendue, lundi, au procès civil visant à décider s'il y a lieu d'annuler le dernier testament d'Arturo Gatti, signé trois semaines avant sa mort, en juillet 2009, pour le remplacer par le précédent testament fait deux ans plus tôt au New Jersey.

Me Mercadante, qui représente Ida et Fabrizio Gatti, mère et frère du défunt, ainsi qu'Erika Rivera, mère du premier enfant de M. Gatti, a repris les témoignages de chacun des témoins qu'il a appelés à la barre pour démontrer que Mme Rodrigues a eu un comportement hautement répréhensible avec le défunt.

Le Code civil du Québec énumère différents motifs pour lesquels une personne pourrait être déclarée indigne de succéder. Celui qui attente à la vie du défunt, ou qui recèle ou modifie un testament, peut bien sûr être déclaré indigne de succéder. Même chose pour celui qui «a exercé des sévices sur le défunt ou a eu autrement envers lui un comportement hautement répréhensible». C'est cette mauvaise conduite qu'on reproche à Mme Rodrigues.

Me Mercadante croit que Mme Rodrigues avait menacé Arturo de partir au Brésil avec leur fils, comme l'ont rapporté certains témoins. Arturo Gatti, qui avait déjà du mal à voir sa fillette issue d'une précédente union, craignait de perdre aussi son fils. En mai 2009, il a entrepris des démarches pour se séparer, mais, en juin, il se serait en quelque sorte plié aux désirs de Mme Rodrigues, qui l'a amené chez un notaire.

Il ne s'agissait pas du notaire habituel de M. Gatti. C'était un nouveau notaire que Mme Rodrigues avait elle-même trouvé. Sur place, Arturo a signé des documents, sans trop savoir de quoi il s'agissait, car il n'avait pas une grande éducation, selon l'avocat. Le testament a déshérité sa mère, son frère, sa fille Sofia et son fils Arturo Junior, né de son union avec Mme Rodrigues, pour faire de cette dernière sa seule héritière. En même temps, il a signé un contrat de fidélité stipulant que s'il la trompait, il serait contraint de lui donner un million de dollars et peut-être même toute sa fortune.

Impitoyable

Me Mercadante a aussi insisté sur le fait que Mme Rodrigues s'était montrée impitoyable avec la famille d'Arturo. Elle disait que son frère Fabrizio était un jaloux et un perdant, que sa fille Sofia avait l'air d'une «mongole», que sa soeur (Ana-Maria) avait marié un perdant (Dave Hilton), que son père, décédé, avait bu et battu ses enfants... D'origine brésilienne, Mme Rodrigues a épousé Arturo Gatti en 2007, à Las Vegas. Elle était au courant des affaires du boxeur et le manipulait à sa guise, estime l'avocat.

«Il s'est fait donner des coups sur la tête pendant 15 ans. Il peut donner son argent à qui il veut. Ce n'est pas ses affaires à elle», a dit l'avocat. Aujourd'hui, ce sera au tour de Me Pierre-Hugues Fortin, qui représente la veuve de 25 ans, de faire valoir ses arguments.