Quand il a importé 41 000 livres de chair de strombes géants, en août 2006, le gérant de Starboard Seafood, Michael Angelakis, ignorait qu'il s'agissait d'une espèce protégée car menacée d'extinction. Voilà l'explication qui a été servie en Cour du Québec, hier, lorsque M. Angelakis a plaidé coupable à une accusation d'importation illégale de ce gros mollusque.

Christiane Desjardins LA PRESSE

En échange de ce plaidoyer, la Couronne a abandonné les accusations qui pesaient contre l'entreprise Starboard Seafood, établie à Dorval, ainsi que contre un autre employé, Maurice Basso. M. Angelakis, 31 ans, sans antécédent judiciaire, a obtenu une absolution inconditionnelle, maisa été condamné à faire un don de 40 000$ au Fonds de dommages à l'environnement, qui relève d'Environnement Canada. C'est ainsi que s'est conclu le volet montréalais de ce qui a été présenté, en 2007, comme «les plus importantes confiscations d'espèces en voie d'extinction jamais effectuées au pays».

En fait, l'entreprise de Dorval a été prise dans les filets d'une opération amorcée en mars 2006, après qu'un inspecteur de Buffalo eut découvert un chargement de strombes géants, camouflés dans un emballage trompeur. L'enquête, appelée opération Shell Game, menée par Environnement Canada, les Fish and Wildlife Services des États-Unis et la National Oceanic and Atmospheric Administration a permis de découvrir que le réseau aurait importé ou exporté illégalement près de 120 000 kg de chair de ce mollusque, entre 2004 et 2006.

Le strombe géant est ce gros coquillage rosé qu'on trouve dans la mer des Caraïbes. À cause de la surpêche depuis les années 70, le strombe géant est protégé partout dans le monde depuis 1992, si bien que sa vente est strictement réglementée. Un strombe géant donnerait plus ou moins une livre de chair.

Selon le résumé que le procureur de la Couronne Guillaume Lemay et les avocats de la défense ont soumis au juge Yves Paradis, hier, la commande a été passée en août 2006. M. Angelakis a négocié au téléphone et par courriel avec Janitse Martinez, présidente de Caribbean Conch, un grossiste de Placeres&Sons Seafood, en Floride. M. Angelakis a accepté d'importer 41 000 livres de strombes géants nettoyés, mais il était entendu qu'il n'achèterait que 20 000 livres, au prix de 4,90$ la livre. Mme Martinez allait vendre les 21 000 livres restantes à d'autres entreprises canadiennes. Envoyé de Colombie, le chargement de chair congelée est arrivé par bateau au port d'Halifax le 14 septembre 2006. Les boîtes étaient étiquetées comme contenant des filets de conques. L'Agence d'inspection des aliments a autorisé le déchargement le 19 septembre. Plus tard, 29 000 livres ont été saisies, dans le cadre de l'enquête, dont 9000 qui appartenaient à Starboad Seafood. Il est à noter que les grossistes de Floride, Ramon Placeres, propriétaire de Placeres and Sons Seafood, et Mme Martinez, ont été condamnés à payer chacun 20 000$ devant un tribunal d'Halifax, en novembre 2007, pour leur rôle de premier plan dans ce réseau. Ils ont aussi été condamnés en Floride.