Une organisation criminelle spécialisée dans la contrebande de tabac au Québec avait atteint une telle efficacité qu'elle a pu engranger des profits de 2,5 millions de dollars en quelques mois, en plus de priver l'État de 6 millions de dollars en revenus fiscaux.

Caroline Touzin LA PRESSE

L'organisation désignée par le nom de clan O'Reilly au tribunal possédait notamment un énorme camion réfrigéré dans lequel les caisses de cigarettes destinées au marché de la Nouvelle-Écosse étaient dissimulées à travers de la viande congelée, afin de masquer l'odeur caractéristique du tabac en cas de contrôle routier.

Autre stratagème astucieux: les liasses d'argent comptant destinées au paiement des cigarettes étaient dissimulées dans des boîtes à savon envoyées de Nouvelle-Écosse par la poste à un couple de septuagénaires de Beaconsfield, Gérald et Félicitas O'Reilly.

C'est ce qui a été révélé en cour, hier, alors que l'une des principales têtes dirigeantes du réseau, Matthew Lazare, a reconnu sa culpabilité à des accusations de fraude et de gangstérisme.

Lazare, 49 ans, a été arrêté en mars 2008 au terme d'une enquête menée durant 18 mois par la Sûreté du Québec. Ce résidant de Kahnawake était le principal fournisseur de cigarettes de l'organisation, a expliqué la procureure de la Couronne, Isabelle Doray.

Le clan O'Reilly est soupçonné d'avoir livré en Nouvelle-Écosse quelque 22 millions de cigarettes qui transitaient notamment par la réserve autochtone de Kahnawake, entre juillet 2006 et mars 2008. Les profits du clan durant cette période sont évalués à 2,5 millions.

Selon la poursuite, David Alexander Phillips était le distributeur en Nouvelle-Écosse. Sa femme est propriétaire d'une entreprise de savon, Mira Soapworks. Phillips aurait ainsi envoyé ses paiements par la poste aux O'Reilly dans des boîtes de savon dans lesquelles étaient cachées des liasses de billets de 20$, jusqu'à 20 000$ à la fois.

La poursuite a décrit une «fraude d'envergure» motivée par «l'appât du gain».

Après de longues négociations, la poursuite et la défense sont parvenues à une suggestion commune quant à la peine de Lazare, a dit son avocat, Me Dominique Shoofey. Les deux parties ont suggéré cinq ans de prison. En soustrayant la détention préventive, il lui reste 14 mois à purger. Le juge Michel Bellehumeur a entériné cette suggestion, hier.

Lazare s'est de plus reconnu coupable de parjure. Lors de l'enquête sur son cautionnement, après son arrestation, il avait imploré le tribunal de le libérer parce qu'il était atteint d'un cancer en phase terminale. Or, c'était faux.

Lazare avait déjà été condamné à une amende de 25 millions de dollars à la fin des années 90 pour contrebande de tabac et d'alcool. À l'époque, il avait choisi de purger quelques années de prison plutôt que de payer cette lourde amende.

Aussi inculpés dans cette affaire, Bonspille et le couple O'Reilly ont plaidé non coupable. Ils auront leur procès cet automne, en même temps que huit autres accusés.

En plus de la contrebande de cigarettes, le couple O'Reilly est soupçonné d'autres activités illégales, comme l'exploitation d'appareils de loterie illégaux, le blanchiment d'argent, la contrefaçon de CD de musique et la fraude gouvernementale. Le couple est en liberté durant le processus judiciaire.