Fabrizio Gatti est persuadé que son frère Arturo ne s'est pas pendu le 11 juillet 2009, trois semaines après avoir changé son testament au profit d'Amanda Rodrigues. L'héritage du défunt devrait revenir à ses deux enfants, et non pas à Mme Rodrigues qui n'a pas été une bonne femme, et qui a peut-être contribué à sa mort.

Christiane Desjardins LA PRESSE

«Quand je suis allé au Brésil après la mort de mon frère, les policiers m'ont mis la main sur l'épaule en disant: ne t'en fais pas, on a tout contre Rodrigues. Comme un cave, je les ai crus et je suis revenu [au Québec]», a raconté Fabrizio Gatti, hier, alors qu'il témoignait au procès qui oppose sa mère Ida et lui à Amanda Rodrigues, veuve d'Arturo Gatti, au sujet de l'héritage de celui-ci.

On sait que quelques semaines après la mort du boxeur, les autorités brésiliennes ont relâché Mme Rodrigues et conclu au suicide de son mari. Cette explication ne convainc pas les Gatti. «J'aimerais savoir ce qui est arrivé ce jour-là. J'ai vu les photos, j'ai lu le rapport. Mme Rodrigues a changé son histoire trois fois», a indiqué M. Gatti, avant de lancer qu'il irait au fond des choses, avec l'avocat qu'il a embauché au Brésil.

«Avec quel argent?», a demandé avec une pointe de sarcasme Me Pierre-Hugues Fortin, qui représente Mme Rodrigues. Il faut dire que la veuve ne tient pas Fabrizio Gatti en haute estime. Lorsqu'elle a témoigné, elle l'a décrit comme un paresseux qui comptait sur l'aide d'Arturo. Mme Rodrigues s'est plainte de la disparition de nombreux biens après le drame, y compris des bijoux de grande valeur, qui auraient été dérobés dans leur penthouse d'Anjou avant qu'elle revienne du Brésil.

Pendant une bonne partie de la journée d'hier, Me Fortin a tenté de faire admettre au témoin qu'il était entré dans ce condo, ne serait-ce que pour chercher le testament que son frère avait fait en 2007. En vertu de ce testament, dont on ne trouve pas de copie signée, Arturo Gatti laissait ses biens à sa mère, à sa fille Sofia (issue d'une union précédente) et à son frère Fabrizio. Ce dernier a reconnu qu'il avait cherché ce testament partout, mais a persisté à dire qu'il n'était pas allé dans l'appartement. Il reconnaît cependant qu'il allait chercher le courrier dans la boîte postale, dont il avait la clé.

Pour les enfants

Fabrizio Gatti affirme que s'il devait avoir gain de cause dans ce procès, il ne veut pas un sou pour lui. Ida Gatti a fait la même affirmation la semaine dernière. Fabrizio voudrait que l'héritage soit partagé entre les deux enfants d'Arturo, Sofia et Arturo Junior, afin d'assurer leur avenir. Amanda Rodrigues pourrait prendre un pourcentage pour élever son fils. À un certain moment, hier, la juge Claudine Roy a pensé qu'il pouvait y avoir une ouverture pour un règlement, et a indiqué qu'elle pourrait accorder une rencontre de 30 minutes. Mais la proposition n'a pas abouti.

Le procès, qui en est à sa troisième semaine, se poursuit aujourd'hui avec la suite de l'interrogatoire de Fabrizio Gatti par la défense. Rappelons enfin que Sofia a intenté un procès au New Jersey qui vise à tenir Amanda Rodrigues civilement responsable de la mort d'Arturo Gatti. Vendredi, un juge du New Jersey a décrété un gel des actifs de la succession aux États-Unis, au Québec et même au Brésil.