L'agent immobilier qui a permis à un notaire de réaliser un important profit avec la terre de deux vieux cultivateurs, à Terrebonne, est un proche du maire de Mascouche, Richard Marcotte.

Francis Vailles LA PRESSE

L'agent immobilier en question, René Brisebois, a été président de Ralliement Mascouche, parti de Richard Marcotte, à la fin des années 90. Il a également été le directeur de la campagne de M. Marcotte aux élections provinciales de 2003, selon le journal La Revue. M. Marcotte s'est alors présenté comme candidat libéral dans la circonscription de Masson, où il a été défait. René Brisebois est aussi l'actuel agent qui a le mandat de vendre la maison du maire Marcotte.

En août dernier, rappelons-le, René Brisebois a aidé un notaire à acheter puis à vendre le même jour la terre de deux cultivateurs de 79 et 85 ans. Le notaire a acheté la terre pour la somme de 1,8 million de dollars et l'a revendue pour 2,275 millions, empochant un profit de 475 000$. M. Brisebois a touché une commission indéterminée sur la transaction.

Le domaine est situé dans un secteur chaud de Terrebonne, près de la future gare du train de l'Est, qui reliera Mascouche au centre-ville de Montréal. Il fait 6,9 millions de pieds carrés, l'équivalent de 120 terrains de football. La terre est encore zonée agricole, mais les spéculateurs misent sur le dézonage rapide du secteur.

Les négociations pour vendre la terre se sont déroulées dans les mois qui ont précédé sa vente officielle, le 11 août. Les acheteurs ont indiqué à La Presse que René Brisebois leur avait laissé croire qu'ils misaient sur la terre des deux cultivateurs, alors que le vendeur était plutôt le notaire. Ce notaire avait préalablement obtenu une promesse de vente signée des deux cultivateurs avec l'aide de René Brisebois.

Le notaire vendeur, Pierre-Benoit Forget, a donc empoché 475 000$ en une journée, le 11 août, en achetant puis revendant la terre. Il est connu du monde municipal de la couronne nord puisqu'il a été maire de Deux-Montagnes de 1990 à 2005.

Controverses

Richard Marcotte, rappelons-le, a suscité la grogne des citoyens de Mascouche après des allégations de corruption révélées par Radio-Canada. L'escouade Marteau a été mise à partie, notamment après que La Presse eut révélé que la Ville versait 650$ à un ami du maire Marcotte pour faire déneiger chaque borne d'incendie, un prix 10 fois plus élevé qu'ailleurs au Québec.

La Presse a aussi révélé en juin que deux policiers du SPVM et de la Sûreté du Québec faisaient l'objet d'une enquête de la SQ parce qu'ils sont soupçonnés d'avoir versé un pot-de-vin pour faire dézoner leur terre à Mascouche.

Par ailleurs, l'agent immobilier René Brisebois tente actuellement de trouver des acheteurs pour la maison du maire Richard Marcotte, rue Monette, à Mascouche. Le prix demandé pour le cottage de trois chambres à coucher est de 495 000$. Richard Marcotte avait acheté la maison en 1996 pour la somme de 83 000$, selon l'acte notarié.

Nous avons joint René Brisebois au téléphone, mais il nous a dit qu'il ne souhaitait pas faire de commentaires, avant de raccrocher.

- Avec la collaboration d'André Noël