Un homme reconnu coupable d'avoir tenté d'amasser des fonds pour les «18 de Toronto» a déclaré n'avoir rien fait de mal avant d'être condamné à 10 ans de prison.

Paola Loriggio LA PRESSE CANADIENNE

Le groupe des 18 de Toronto voulait commettre des attentats terroristes en sol canadien.

Steven Chand, âgé de 29 ans, a déclaré devant les tribunaux qu'il avait été mal interprété à de nombreuses reprises et qu'il était en désaccord avec sa sentence. Il a également soutenu qu'il luttait pour demeurer sain d'esprit malgré les difficultés auxquelles il est confronté.

Il avait été reconnu coupable en juin en Cour supérieure de l'Ontario pour avoir sciemment participé à un groupe terroriste et pour avoir offert des conseils afin de commettre une fraude de plus de 5000 $ au profit de ce groupe.

Comme Chand est derrière les barreaux depuis juin 2006, et que le temps passé en détention préventive compte en double, il a déjà purgé l'équivalent de neuf ans, quatre mois et 20 jours de sa peine. Cela signifie qu'il demeurera en prison encore sept mois et 10 jours.

Son avocat, Michael Moon, a qualifié la sentence de prévisible mais a ajouté que son client aurait souhaité être relâché sans alourdissement de sa peine.

Selon Me Moon, le refus de son client de reconnaître toute forme de culpabilité pourrait avoir joué en sa défaveur.

La procureure de la Couronne, Sarah Shaikh, a quant à elle soutenu que le jugement rendu est juste.

Chand risquait une peine maximale de dix ans de prison pour le chef d'accusation de fraude et d'un emprisonnement à vie pour celui de terrorisme.

Alors que la Couronne et la défense s'étaient entendues pour une sentence de huit ans de prison, le juge Fletcher Dawson a déclaré que cette peine était insuffisante et allait à l'encontre de l'intérêt public. Selon lui, les perspectives d'une réintégration sociale réussie de Chand ne sont pas très élevées.

Le juge Dawson a aussi mentionné, après avoir lu sa décision, que Chand devrait reconsidérer certaines de ses convictions.

Le rapport d'un psychiatre démontrait que Chand n'avait pas de remords face à son rôle au sein du groupe terroriste.

Un groupe d'hommes et d'adolescents, surnommé les «18 de Toronto», ont été arrêtés en 2006. Ils avaient identifié différents sites canadiens -notamment le parlement d'Ottawa- qui pourraient servir de cibles pour des attentats.

La police a indiqué que le groupe avait tenu un camp de recrutement près de Washago, en Ontario, où Chand fut entraîneur en 2005.

Deux des accusés ont été reconnus coupables lors d'un procès devant juge seul. Sept autres ont plaidé coupable, et les sept derniers ont vu les accusations contre eux abandonnées ou suspendues.

Chand et Asad Ansari ont été les deux seuls accusés à subir un procès devant jury.