Trois hommes ont comparu aujourd'hui relativement au meurtre d'un citoyen français d'origine camerounaise à Montréal en juillet 2014, Éric Saturnin Emenenguene. L'homme de 32 ans a été assassiné et ses restes ont été retrouvés dans la région de Sainte-Mélanie, au nord de Joliette, un an plus tard.

Publié le 19 nov. 2016
MATHIEU PERREAULT LA PRESSE

Selon une enquête de La Presse publiée lors du dévoilement des restes de M. Emenenguene, en octobre, il serait un escroc qui comptait faire une fraude à Montréal, mais serait tombé sur des Québécois violents ayant réagi par le meurtre à la fraude dont ils étaient victimes. M. Emenenguene était arrivé en mai 2014 à Montréal et habitant Hochelaga-Maisonneuve.

Samedi au Palais de justice de Montréal avait lieu la comparution par vidéoconférence, depuis un centre de détention de la police, de Carl Morin, 29 ans, accusé d'avoir tué M. Emenenguene, de Pierre Morin, 51 ans, accusé de l'avoir enlevé et séquestré, et de Francis Perron-Longpré, 29 ans, accusé avec Carl Morin d'outrage à son cadavre. Pierre Morin, dont le lien avec Carl Morin n'a pas été précisé, est aussi accusé avec Francis-Perron-Longpré de complicité après le meurtre.

L'enlèvement aurait eu lieu à Montréal et le meurtre et l'outrage au cadavre, à Repentigny, le tout le 7 juillet. L'avis de disparition publié en juillet 2014 -M. Emenenguene avait laissé son passeport dans son logement- précisait qu'il pourrait avoir été vu dans un hôtel de Montréal. Les suspects seront accusés le 20 décembre prochain et demeureront sous les barreaux d'ici là.