(Rio de Janeiro) Le maire d’une petite ville du nord du Brésil a poussé jusqu’à l’extrême l’affrontement politique en acceptant de régler dans une cage un différend avec un opposant, dans un combat qui, selon la mairie, s’est finalement avéré être une opération de communication.

Publié le 14 déc. 2021
Agence France-Presse

Tout a commencé quand Simao Peixoto, maire de Borba, commune de l’État d’Amazonas, a été critiqué pour sa gestion du plus grand complexe touristique de la ville par l’ancien conseiller municipal Erineu Da Silva.

Et quand M. Da Silva a menacé l’édile de lui « casser la gueule », ce dernier l’a pris au mot et l’a mis au défi pour un combat d’arts martiaux mixtes (MMA), sport très populaire au Brésil.

Un combat qui s’est tenu dans les règles de l’art, dans un octogone, avec un arbitre, et du public massé dans la salle, dimanche soir.

Des vidéos de ce pugilat insolite sont ensuite devenues virales sur les réseaux sociaux et tout le Brésil a découvert médusé à quel point la polarisation extrême du pays peut dégénérer.

Dès son arrivée dans la cage, le maire a commencé à provoquer son adversaire, passant son index sous sa gorge, mimant un geste d’égorgement.

Torse nu, chaussés de gants fins caractéristiques du MMA, les deux hommes se sont aussitôt rués l’un sur l’autre.  

Le maire est allé au tapis deux fois, mais a tout de même été déclaré vainqueur à l’issue des trois rounds.  

Semblant exténués à l’issue du combat, les deux hommes se sont enlacés, dans un dernier geste de sportivité.

Une adjointe au maire a ensuite affirmé dans une vidéo que le maire et M. Da Silva étaient « amis » et que les provocations de l’ancien conseiller municipal étaient un simple « coup de marketing ».

Selon les médias brésiliens, le maire a dit avoir accepté ce combat pour promouvoir le sport dans sa ville. Simao Peixoto a également assuré que les spectateurs étaient tenus d’apporter des dons de nourriture pour accéder à la salle. Selon la mairie, cinq tonnes de victuailles ont ainsi été recueillies.

Pas de quoi faire taire les critiques. L’agence de surveillance sanitaire de l’État d’Amazonas a réclamé à la municipalité des explications pour avoir autorisé cet évènement en salle avec des spectateurs sans masque.

La mairie assure au contraire que les normes ont été respectées.

L’hebdomadaire Veja a par ailleurs estimé qu’il n’y avait « que des perdants » dans cette instrumentalisation de la polarisation politique, au détriment du débat d’idées.

« Vous imaginez Bolsonaro et Lula sur un ring ? », s’interrogeait un internaute sur Twitter, une allusion aux deux favoris de la présidentielle d’octobre prochain.

La polarisation au Brésil est intense entre les partisans du président d’extrême droite Jair Bolsonaro et de l’ancien chef de l’État de gauche Luiz Inacio Lula da Silva, ce qui fait craindre des tensions à l’approche du scrutin.