(Singapour) Deux terriers blancs vêtus de bérets écossais halètent devant leur maîtresse qui les prend en photo en échange d’une friandise : avec plusieurs dizaines de milliers d’abonnés sur Instagram, ces chiens sont des animaux influenceurs, très en vogue à Singapour.

Catherine Lai Agence France-Presse

Cette tendance a été renforcée par la croissance du magasinage en ligne et l’engouement pour les animaux domestiques dans la cité-État d’Asie du Sud-Est depuis les confinements liés au coronavirus.

Régulièrement, de nouveaux clichés de Sasha et Piper, avec des accessoires assortis, apparaissent sur « Lomodoggies », leur compte Instagram.

Ces chiens ont déjà rapporté plusieurs milliers de dollars à leur propriétaire avec des placements de produits allant d’un aspirateur à des chaussures. Ils ont même une agence pour les représenter.

Cette compagnie a dans son écurie un chat, Brossy Meowington, suivi par plus de 50 000 abonnés, et un Spitz japonais au poil abondant appelé Luna.

La maîtresse des toutous, Carrie Er, a commencé il y a plusieurs années à publier des photos de Sasha portant différents costumes, en train de jouer ou au cours de sorties.

« On voulait juste faire un blogue, en capturant des moments précieux avec son beau museau et ses activités », explique la directrice de marketing d’une quarantaine d’années.

Ces photos ont eu un tel succès que des marques ont commencé à lui demander si Sasha ne pourrait pas promouvoir leurs produits.  

Piper, un ancien chien de concours, est arrivé ensuite pour former un duo.

Personne ne peut les détester

« C’est amusant, pour les chiens et pour moi », dit Carrie Er en prenant des clichés des deux vedettes canines avec son téléphone intelligent.

Les deux chiens ont à présent près de 24 000 abonnés sur Instagram et gagnent en moyenne quelque 500 dollars singapouriens (471 dollars) pour chaque promotion.

Carrie Er dit rester sélective dans les marques que ses chiens mettent en avant. Elle ne veut pas vanter des aliments pour chiens qui ne correspondraient pas à ses standards alors que ses chiens sont nourris de pâtée faite maison.

Les animaux influenceurs sont de plus en plus recherchés par les marques qui cherchent à renforcer leur visibilité en ligne depuis la pandémie, explique Jane Peh, co-fondatrice de The Woof Agency, l’agence qui représente les terriers.

« Je pense que les animaux influenceurs ont en général un avantage parce que nous adorons les animaux », note l’entrepreneuse qui a quelque 6000 profils d’animaux dans ses fichiers.

« Ils sont si mignons, personne ne peut les détester ».