(Londres) Le fabricant de jouets Mattel a annoncé mercredi avoir créé une poupée Barbie en l’honneur de la scientifique britannique Sarah Gilbert, co-créatrice du vaccin d’Oxford/AstraZeneca contre la COVID-19, au succès mitigé dans le monde, mais source d’une immense fierté au Royaume-Uni.  

Agence France-Presse

Sarah Gilbert, professeure de vaccinologie à l’université d’Oxford, a d’abord trouvé cette initiative « très étrange », mais a déclaré dans un communiqué de la firme espérer que cela « inspirerait une prochaine génération de jeunes filles pour travailler dans le domaine des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques ».

« J’espère que les enfants qui verront ma Barbie se rendront compte à quel point les carrières scientifiques sont vitales pour aider le monde qui nous entoure », a affirmé celle qui a été anoblie en juin par la reine Élisabeth II pour services rendus à la santé publique et à la recherche médicale.

PHOTO UNIVERSITY OF OXFORD, VIA REUTERS

Plus d’un milliard de poupées Barbie ont été vendues dans le monde depuis son lancement par Mattel il y a 60 ans. Face aux critiques sur l’image superficielle du jouet, la marque diversifie ces dernières années son look.

Outre Sarah Gilbert, elle a révélé cinq nouveaux modèles mettant à l’honneur des femmes travaillant dans le domaine des sciences, expliquant vouloir « inspirer la prochaine génération, pour prendre exemple sur ces héros ».

Ces modèles de collection, qui ne seront pas en vente à grande échelle, représentent les soignantes américaines Amy O’Sullivan, infirmière aux urgences de l’hôpital Wycoff (New York), et Audrey Cruz, médecin à Las Vegas qui combat les discriminations, ainsi que la docteure canadienne Chika Stacy Oriuwa, la scientifique brésilienne en recherche biomédicale Jaqueline Goes de Jesus et la médecin australienne Kirby White, co-créatrice d’une blouse réutilisable pour le personnel soignant.