Le nouveau président du Mexique, Andres Manuel Lopez Obrador, qui prendra ses fonctions le 1er décembre, est resté coincé plusieurs heures dans un avion de ligne cloué au sol, mercredi, dans la ville de Huatulco, sur la côte pacifique.

Publié le 20 sept. 2018
LA PRESSE

Le retard du vol était causé par la fermeture de l'aéroport de Mexico à cause du mauvais temps.

Le président élu en juillet dernier a promis de gouverner sobrement. Il s'est notamment engagé à vendre l'avion présidentiel et à voyager sur les lignes régulières.

Vétéran de gauche, Andres Manuel Lopez Obrador veut changer son pays rongé par la corruption et agir contre la pauvreté pour faire reculer la violence.

«Je suis têtu, c'est connu», avait-il admis au début de sa campagne. «Avec cette même conviction, j'agirai en tant que président de la République, de manière entêtée, idiote, persévérante, avec un aveuglement presque fou: je vais en finir avec la corruption», a-t-il lancé quand son parti Morena l'avait désigné candidat.

Habitué aux phrases polémiques, «AMLO», 64 ans, a réussi son pari à sa troisième tentative: devenir enfin président de la deuxième économie d'Amérique latine.

Cultivant son image de simplicité et d'honnêteté, AMLO a su se démarquer de la classe politique traditionnelle qui a dirigé le pays depuis près d'un siècle et qu'il qualifie de «mafia du pouvoir».

Originaire de l'État de Tabasco (sud-est), ce fan de baseball a démarré sa carrière au sein du PRI (droite), le parti de Peña Nieto, avant de l'abandonner pour rejoindre le PRD (gauche) et finalement fonder son propre parti, le Mouvement de régénération nationale (Morena).

Malgré cette longue carrière politique, il aime se présenter comme un candidat «anti-système».

Cet ancien maire de Mexico (2000-2005) promet aussi de diminuer de moitié le salaire des hauts fonctionnaires, ainsi que le sien, et de continuer à vivre dans son appartement de la capitale.



-Avec Agence France-Presse