Une salle de spectacles plutôt que deux. Moins de logements, moins de bureaux et moins de locaux commerciaux. La nouvelle mouture du gigantesque projet Royalmount sera dévoilée aujourd’hui par le promoteur Carbonleo.

Raphaël Pirro Raphaël Pirro
La Presse

Mastodonte qui trônera à la jonction des autoroutes 15 et 40, le projet Royalmount a fait face à un barrage de critiques qui a forcé son promoteur à retourner à la planche à dessin l’année dernière. 

Dans son offre de divertissement, Carbonleo prévoyait deux salles de spectacles intérieures et une scène extérieure. En plus de l’espace extérieur réservé aux évènements en tout genre, les deux salles intérieures prévues devaient contenir respectivement 3250 et 1250 places.

En fin de compte, l’entreprise misera sur une seule salle multifonctionnelle de 2800 places.

« À la lumière des discussions avec les acteurs du milieu culturel et la Ville de Montréal, Carbonleo a décidé de retirer la scène extérieure, et des deux salles de spectacles initialement prévues, il ne restera qu’une salle multifonctionnelle pouvant accueillir de nouveaux types d’évènements, tels des spectacles holographiques ou des compétitions de e-gaming », a détaillé Kate Monfette, relationniste pour le promoteur.

Depuis plus d’un an, la Ville de Montréal et, plus particulièrement, le Partenariat du Quartier des spectacles, ont tout deux affiché publiquement leurs inquiétudes face à de nouvelles salles : celles-ci auraient comme effet de « cannibaliser » l’offre de divertissements dans la métropole.

La direction du Quartier des spectacles avait comparé la provenance de ses 1,6 million de visiteurs annuels et celle du public ciblé par le Royalmount dans un mémoire déposé à la Commission du conseil municipal, qui tenait des consultations sur le projet Royalmount fin 2018.

« Il apparaît clairement, conclut le mémoire, que les objectifs de fréquentation ne pourront se réaliser qu’en allant directement éroder les publics et concurrencer les produits du Quartier des spectacles », estimait le Quartier des spectacles à l’époque.

Parallèlement, alors que Carbonleo projetait initialement entre 5000 et 7000 logements, le nombre a été révisé à la baisse, « vers les 4500 » logements, selon Mme Monfette. Le nombre exact n’a pas été dévoilé. L’été dernier, le maire de Mont-Royal, Philippe Roy, disait vouloir entre 3000 et 4000 logements.

Le vice-président exécutif et associé de Carbonleo, Claude Marcotte, avait déclaré dans une lettre ouverte publiée dans La Presse du 16 décembre dernier que pour la nouvelle mouture, le promoteur avait réduit de « 30 % l’empreinte commerciale de Royalmount, de 65 % les espaces à bureaux et de 35 % les espaces consacrés au divertissement ».

Un projet qui divise

La version 2.0 de Royalmount fait suite à un rapport sévère de 15 recommandations dont la Commission sur le développement économique et urbain et l’habitation de la Ville de Montréal avait accouché au début de l’année dernière.

Carbonleo explique avoir peaufiné le projet après une série de consultations avec des citoyens qui s’est déroulée principalement à l’automne et au début de l’hiver, et dont le nom était « Royalmount, parlons-en ».

ILLUSTRATION FOURNIE PAR CARBONLEO

La version 2.0 de Royalmount fait suite à un rapport sévère de 15 recommandations dont la Commission sur le développement économique et urbain et l’habitation de la Ville de Montréal avait accouché au début de l’année dernière.

En préparation depuis 2014, dévoilé au public pour la première fois le 20 mai 2015, l’énorme projet divise les acteurs sociaux de la métropole.

Le maire de Mont-Royal, Philippe Roy, a farouchement défendu Royalmount depuis le début. Les revenus en taxes foncières projetés pour la municipalité s’élèvent à plus de 25 millions par année. La Chambre de commerce du Montréal métropolitain s’est aussi portée à la défense du projet.

« C’est un projet entièrement financé par le privé, d’envergure internationale, qui se positionne dans un marché qui est complémentaire à l’offre commerciale actuelle, et qui va revitaliser tout un secteur […] abandonné », avait dit en décembre 2018 à La Presse l’homme d’affaires montréalais Andy Nulman, cofondateur de Juste pour rire, qui parlait toutefois en tant que citoyen.

Plusieurs critiques

À l’opposé, le projet a été critiqué par plusieurs Montréalais, à commencer par la mairesse elle-même, Valérie Plante. « Le projet Royalmount n’a pas d’acceptabilité sociale dans sa forme actuelle. Les Montréalais se sont exprimés de façon très claire », avait-elle déclaré au début de l’année dernière.

À ces critiques se sont ajoutées des voix citoyennes discordantes. Des groupes de pression tels « Royalmount, royalement contre » et « Notre 15/40 » ont pris forme. Ces groupes demandent carrément la suspension, voire l’annulation du projet.

Cependant, comme l’a maintes fois expliqué Valérie Plante, la Ville de Montréal n’a pas les pouvoirs pour intervenir dans ce dossier comme elle le voudrait.

Les travaux de construction ont officiellement débuté l’automne dernier.